Bioaddict



Pesticides : trois nouvelles études confirment la dangerosité du glyphosate... aux doses autorisées

Publié Le 12 Juin 2018 à 18h51
 
Trois nouvelles études indépendantes confirment la dangerosité, aux doses autorisées, de l'herbicide glyphosate, matière active du RoundUp de Monsanto.
Trois nouvelles études indépendantes confirment la dangerosité, aux doses autorisées, de l'herbicide glyphosate utilisé notamment dans le RoundUp.

 

L'Institut Ramazzini a annoncé le 16 mai la publication de trois études scientifiques* (rendues possibles grâce à une plateforme de financement participatif) qu'il a conduit dans le cadre de la phase pilote d'une grande étude globale sur le glyphosate, la matière active du RoundUp de Monsanto qui est pulvérisé sur des millions d'hectares, sur les cultures OGM et non OGM partout à travers le monde. Les résidus de glyphosate sont fréquemment retrouvés dans les aliments et dans l'eau de consommation dans de très nombreux pays.

L'étude, à laquelle ont participé plusieurs institutions et universités en Europe et aux Etats-Unis, a consisté à alimenter des rats avec des produits contenant du glyphosate aux quantités autorisées aux Etats-Unis, soit 1,75 mg/kg/jour. Le suivi a été concentré sur des rats nouveaux nés, jeunes et adolescents. La recherche ne s'est pas limitée à la déclaration de cancer, mais à l'accumulation de la substance dans l'organisme et à ses conséquences sur la santé reproductive.

Même aux "doses sûres" le glyphosate est toxique

Les résultats montrent que de nombreux paramètres biologiques ont été modifiés par l'absorption du glyphosate, la plupart étant liés au développement sexuel, à la génotoxicité et à l'altération du microbiome intestinal.

" Nos expériences chez les rats montrent que les individus dont les mères ont été exposées à des concentrations de glyphosate considérées comme sûres souffrent de dérèglement du microbiome intestinal, qui a des conséquences potentiellement dangereuses. Par ailleurs, l'exposition à la substance peut altérer le développement sexuel et favoriser l'apparition de tumeurs " a expliqué Daniele Mandriolo, coordinateur des recherches à l'institut Ramazzini, à Bologne, face aux eurodéputés le 16 mai 2018.

Les parents rats ont été exposés pendant trois mois à du glyphosate dilué dans de l'eau, alors que les jeunes rats n'ont pour leur part pas été mis en contact direct avec la substance. Pourtant, les chercheurs ont observé les effets non négligeable et potentiellement dangereux du glyphosate sur le biome intestinal de ces individus.

" L'exposition à long terme aux herbicides au glyphosate peut mener à une bioaccumulation de la substance. (...) Le corps accumule le glyphosate au fil du temps ", a-t-il indiqué. " En outre, les herbicides utilisés peuvent avoir des conséquences génotoxiques et reproductives sur la flore intestinale après une exposition aux doses (pourtant) considérée comme sûre. "

" Ces résultats confirment la dangerosité du glyphosate mise en évidence par la monographie du CIRC de 2015 ! ", a alerté François Veillerette, directeur de l'ONG Générations Futures. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a en effet classé le glyphosate comme cancérigène probable à l'issue de sa monographie.

Nos députés et notre gouvernement viennent pourtant de rejeter l'interdiction de ce produit toxique... En catimini, à 2h00 du matin, le mardi 29 mai. L'interdiction du glyphosate, à laquelle s'était pourtant engagé le candidat Emmanuel Macron, reste ainsi aujourd'hui en suspens aux dépends de la santé des citoyens.

Zoé Fauré

* voir les études sur le site glyphosatestudy.org (en anglais)

A lire en complément : l'article "Même aux doses "sûres", les inquiétudes sur le glyphosate se concrétisent" sur le site www.euractiv.fr