Bioaddict



Peut-on encore manger sans risque des graines germées ?

Publié Le 28 Décembre 2011 à 17h13
 
L'union Européenne maintient l'interdiction de l'importation des graines et fèves d'Egypte responsables d'une grave épidémie infectieuse, et qui devait être levée fin octobre 2011. Pour l'Anses, l'Agence de sécurité alimentaire, la consommation de graines germées reste possible sous conditions.

Rappelons-nous, en mai et juin 2011, plusieurs milliers de cas d'infections par une bactérie Escherichia coli entérohémorragique (EHEC) se sont déclarés en Allemagne et en France, entraînant des diarrhées hémorragiques, des syndromes hémolytiques et urémiques et une cinquantaine de décès.

Après bien des errements, et la mise en cause, à tort, de produits bio, les concombres en particulier, les enquêtes épidémiologiques et de traçabilité avaient finalement conclu que la consommation de graines germées importées d'Egypte (fénugrec notamment) était la cause la plus probable de ces infections.
La Commission européenne , relayée en France par l'Anses ( Agence Nationale de sécurité sur l'alimentation) avait donc pris dès le 6 juillet 2011 la décision de retirer du marché et de faire détruire l'ensemble des lots de graines de fenugrec importées en Europe entre 2009 et 2011 par un égyptien, et de suspendre jusqu'au 31 octobre 2011 les importations de graines et de fèves en provenance d'Egypte destinées à la germination. Les Autorités sanitaires européennes, ainsi que celles de certains Etats membres dont la France, avaient également recommandé, par précaution, d'éviter la consommation de graines germées crues.

Et aujourd'hui qu'en est-il ?

Depuis l'épidémie d'infections liées aux graines germées en juin dernier comment la situation a-t-elle évolué ?

Les lots de fenugrec, y compris les mélanges de graines contenant du fenugrec issu des lots incriminés dans les épisodes épidémiques en Allemagne et en France ont, normalement, été détruits par les producteurs, les distributeurs et les consommateurs qui en avaient en stock à leur domicile. Par ailleurs les producteurs français de graines germées se sont engagés à mettre en place des mesures de contrôle renforcées.
Et, comme il n'y a pas eu de nouvelle épidémie depuis juin 2011, l'Anses maintient donc, pour l'instant, le feu vert, en faveur de la consommation de graines germées crues, produites notamment par les professionnels de la filière française. Mais toujours à l'exception des graines et de fèves en provenance d'Egypte destinées à la germination (graines, fruits et spores à ensemencer; légumes à cosse, écossés ou non, à l'état frais ou réfrigéré; fenugrec; légumes à cosse secs, écossés, même décortiqués/cassés; fèves de soja, même concassées; graines et fruits oléagineux, même concassés).

L'Union européenne a en effet estimé nécessaire de prolonger l'interdiction de l'importation de ces graines et fèves en provenance d'Egypte alors que celle-ci devait prendre fin le 31 octobre 2011.

L'hygiène comme clé de la prévention des infections

Mais l'Anses tient également à rappeler qu'il est essentiel d'appliquer des mesures d'hygiène, dans le cadre de la pratique de germination à domicile (nettoyage/désinfection minutieux des germoirs notamment, lavage des mains avant et après manipulation des graines et des germes), et lors de la préparation des repas. Le respect de l'hygiène personnelle et collective est en effet la base de la prévention de la transmission des infections.

Jeannine Czech