Bioaddict



Photovoltaïque : vers un bonus-malus ?

Publié Le 7 Octobre 2010 à 11h47
 
Le coup de frein brutal donné par Jean-Louis Borloo aux aides fiscales et tarifaires concernant l'énergie photovoltaïque pourrait se prolonger par la mise en place d'un système de bonus-malus pour promouvoir l'installation d'équipements fiables, durables, et peu carbonés.

Après avoir boosté de façon considérable et rapide le développement des installations photovoltaïques en France, grâce à des mesures fiscales et des tarifs très avantageux de rachat par EDF de l'électricité produite par ces installations, Jean-Louis Borloo adapte sa stratégie.

" Ces mesures, a-t-il expliqué lors de la présentation du budget 2011 de son Ministère, avaient pour but de servir de starter à cette filière énergétique. Mais maintenant qu'elles ont très bien joué leur rôle, elles n'ont plus vocation à être maintenues telles quelles".

Le crédit d'impôts des dépenses investies dans le photovoltaïque passe donc de 50% à 25 %. Et le tarif de rachat de l'électricité solaire est réduit pour les grandes installations sur les batiments industriels et agricoles. Mais il reste inchangé (0,58 € le Kwh) pour les petites installations dans les résidences afin de continuer à les favoriser.

Un bonus-malus pour promouvoir les produits de qualité

Effectivement, depuis le lancement du Grenelle de l'Environnement, les installations de panneaux photovoltaïques ont explosé avec une progression telle que l'objectif fixé d'atteindre une production d'électricité solaire de 5400 MgW en 2020 sera atteint fin 2011.

Il est donc logique que les efforts budgétaires de déplacent vers d'autres sources d'énergie.

Mais il est une autre raison pour laquelle Jean-Louis Borloo veut calmer les ardeurs du photovoltaïque. Les panneaux solaires sont en effet majoritairement importés, notamment de Chine alors que la Chine ne s'est lancée dans leur production que depuis quelques années. Et leur qualité pose problème en termes de rendement, de durabilité et de bilan carbone.

Jean- Louis Borloo souhaite donc promouvoir l'installation de produits fiables, fabriqués si possible en France pour réduire les coût, et les moins " carbonés " . Et pour ce faire, il réfléchit à la mise en place d'un bonus-malus, a-t-il précisé à Bioaddict lors de la remise des " Green Business Awards " organisées par BFM radio et qui récompensent les initiatives exemplaires des entreprises en matière de croissance verte.

José Vieira