Bioaddict



reportage

Phytorestore, la bioferme qui dépollue par les plantes


Sommaire
1 - Phytorestore, la bioferme qui dépollue par les plantes
2 - 50 000 tonnes de déchets organique transformés en 1 600 tonnes de compost
3 - Une valorisation de la plante en biomasse
Publié Le 4 Novembre 2009 à 19h03
 
Des racines de plantes qui dépolluent l'eau, l'air et les sols ? C'est possible grâce à la bioferme de la société Phytorestore, qui apporte une solution durable au traitement des déchets organiques. Le premier centre de phytorestoration a ouvert ses portes officiellement le 26 octobre dernier en Seine-et-Marne.
1/7

Passer du statut de déchet au statut néosol grâce aux pouvoir des plantes, c'est l'objectif à terme de la jeune société Phytorestore qui veut offrir une solution de restauration aux sols de cultures. Une alternative au solutions destructives comme l'incinération et l'enfouissement des sols pollués.

Phytorestore est une société spécialisée en phytorestauration, technologie où les plantes sont le principal agent de traitement des pollutions.

" Aujourd'hui on a très peu de solutions qui permettent de transformer un sol contaminé en autre chose ", souligne Thierry Jacquet, le fondateur de Phytorestore.

Assainir les matières polluées

Ainsi, Phytorestore, sous-traitant pour Veolia Environnement et Suez Environnement, a racheté une ferme expérimentale de 104 hectares pour l'équiper des dernières technologies de dépollution par les plantes au milieu de champs cultivés :

- La phytolixiviation des polluants grâce aux racines de plantes " laveuses " de pollution : iris, scirpes, carex, roseaux...

- La phytofixation et la phytotransformation des polluants non bio-dégradables.
Les polluants sont piégés dans des filtres de tourbes. Ces filtres transforment les éléments traces métalliques mobiles en éléments métalliques stables grâce à des plantes " transformeuses " : joncs, baldingère, salicaires, lysimaques...

La bioferme englobe un centre de traitement de déchets organiques (qui ne dégage pas d'odeur d'ailleurs, sympa pour le voisinage !), un centre de production et de séléction  des plantes, et un laboratoire, qui regroupe la recherche et le développement, autrefois répartis dans ceux du CNRS, centre national de la recherche scientifique.

Ce site accueille aussi pour la première fois au niveau international, la mise en place d'une pépinière de plantes, uniquement dédiés à la dépollution.

Révolutionner les villes écologiques de demain

" Mon rêve est que dans le Grand Paris de demain, soient mis en place des jardins filtrants au pied des immeubles", livre le président de Phytorestore.