Bioaddict



Pinocchio du développement durable : la bataille contre le "green washing" est ouverte

Publié Le 19 Octobre 2011 à 17h50
 
L'ONG écologiste les Amis de la Terre a lancé hier la quatrième édition de ses célèbres "Pinocchio du développement durable". Ces prix sont attribués par les internautes aux entreprises françaises ayant abusé d'arguments écologistes ou philanthropiques.

Ces prix Pinocchio 2011 destinés à lutter contre green washing et le social washing sont décernés dans trois catégories distinctes : "Plus vert que vert", "Mains sales, poches pleines" et "Une pour tous, tout pour moi". Les internautes peuvent dès à présent faire leur choix parmi les trois nominés de chaque catégorie. Ils seront remis le jeudi 17 novembre à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis.

"A coup de révélations choc et d'abus concrets, ces Prix sont l'occasion de montrer le fossé entre les discours développement durable et les actes des multinationales nominées", estiment Les Amis de la Terre, qui organisent cette opération pour la quatrième année consécutive avec le CRID (Centre de recherche et d'information pour le développement), un collectif de 54 associations de solidarité internationale.

Des nominés très puissants tels que Veolia et la Société Générale

Pour le prix "Plus vert que vert" décerné à "l'entreprise ayant mené la campagne de communication la plus abusive et trompeuse au regard de ses activités réelles", les Amis de la Terre mettent sous les feux de la rampe Veolia Eau, le concessionnaire de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes Vinci ou encore un groupement promouvant les prospectus papier, l'Observatoire Hors-Média. Le prix "Mains sales, poches pleines" vise à dénoncer "l'entreprise ayant mené la politique la plus aboutie en terme d'opacité et de lobbying". Enfin, le prix "Une pour tous, tout pour moi" veut pointer du doigt celle ayant "mené la politique la plus agressive en termes d'appropriation et de surexploitation des ressources naturelles" . Parmi les autres nominés figurent Tereos, Sime Darby, Bluecar de Bolloré, la Société générale, Perenco et Toreador.

Pour lutter contre les faux arguments écologiques, les industriels opportunistes et l'argent sale issue du green washing, votez sur : www.prix-pinocchio.org

Célia Garcin