Bioaddict



Plan national Vélo : le gouvernement va-t-il enfin nous mettre en selle ?

Publié Le 27 Janvier 2012 à 12h33
 
Alors que la pratique du vélo est monnaie courante dans de nombreux pays d'Europe du Nord, elle ne représente aujourd'hui que 3 % des déplacements quotidiens des Français. Thierry Mariani, le Ministre chargé des Transports, a présenté hier les mesures phares du premier Plan national Vélo, visant à rattraper ce retard.
Le Plan national Vélo devrait permettre d'améliorer la sécurité et l'accessibilité des cyclistes en ville.

La feuille de route présentée hier par Philippe Goujon, député-maire du 15e arrondissement de Paris, est très ambitieuse. Trop, peut-être, aux vues des priorités budgétaires de la France liées à la conjoncture, a tenu à rappelé le ministre chargé des Transports, Thierry Mariani, nous rappelant ainsi que les temps glorieux du Grenelle de l'Environnement sont bel et bien révolus.

Mais pour rattraper son retard par rapport à des pays comme la Belgique, les Pays-Bas, le Danemark et les pays scandinaves qui pédalent plus qu'ils ne roulent en ville, il était temps de s'intéresser à l'échelle nationale à cette mobilité douce et conviviale. 

Pour encourager les Français à davantage enfourcher leur vélo pour aller au travail, visiter la belle-mère, mais aussi comme activité sportive du dimanche, le gouvernement a donc lancé en juin dernier une étude s'appuyant notamment sur l'expérience de nos voisins européens.

Mais la mesure phare, proposée par le groupe de travail présidé par M. Goujon et réclamée par les associations de cyclistes, n'a pas été retenue par le ministère des transports, jugeant qu'elle nécessite encore d'être " clarifiée ". Il s'agit de l'indemnité kilométrique pour les déplacements domicile-travail pour les entreprises mettant des vélos à disposition des salariés. Une mesure déjà en place en Belgique à un taux de 21 centimes par kilomètre.

Le détail des mesures retenues :

1) Développement des aménagement et infrastructures :

  • garages à vélo obligatoires dans les constructions neuves (d'une surface minimale de 1,5m² par appartement pour un T3 et +)
  • développement du réseau des véloroutes et voies vertes:
    accroissement de 50% de la contribution de l'Etat (+ 1,5 millions d'euros)
2) Incitation à l'usage quotidien du vélo
  • évaluation d'une indemnité kilométrique pour les déplacements domicile-travail comparable à celle dont bénéficient les automobilistes

  • clarification du cumul de prise en charge de l'abonnement au transport collectif et de celui au vélo en libre service

3) Développement de l'intermodalité entre vélo et transports collectifs

4) Amélioration de la sécurité

  • mise en oeuvre du "tourne-à-droite" qui autorise les cyclistes à ne pas marquer l'arrêt au feu rouge, dès lors qu'ils respectent la priorité accordée aux autres usagers
  • encouragement de l'apprentissage du vélo (vélo-écoles notamment)
  • marquage des vélos pour lutter contre le vol et le recel
  • partenariat entre l'Etat et le système de marquage Bicycode de la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB)

5) Exemplarité de l'Etat

  • mise en place de relais vélos dans les directions départementales des territoires (DDT) et dans les Directions régionales de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)

6) Une meilleure perception de l'image du vélo par les Français

  • mise en place d'un programme de communication national
  • pérennisation des Rencontres nationales du vélo, tous les deux ans

AM