Politique

Présidentielles 2012 : Allo, les écologistes ?

Dimanche 22 avril, les écologistes ne devront pas se tromper de bulletin...

Nous le craignons déjà : le dimanche 22 avril soir, à 20 heures, le risque est grand pour les écologistes de ressentir un frisson glacial leur parcourir l'échine quand les résultats des votes aux élections présidentielles seront annoncés. Mais il sera trop tard !

Si l'on en croit les sondages le parti écologiste EELV (Europe Ecologie Les Verts), avec seulement 2% des voix, sera balayé. Il ne comptera plus pour rien. Plus aucun poids politique. Pas de représentation parlementaire pour faire entendre sa voix et peser sur les décisions du Gouvernement. Plus rien que cris et gémissements.

Comment expliquer cette bérézina annoncée ? Comment se fait-il qu'à l'heure ou tout le monde sait que l'équilibre de la planète et l'avenir de l'homme reposent sur la prise en compte, urgente, de l'écologie, les électeurs se détournent du parti écologiste ?

Les raisons ne manquent pas.

Elles viennent d'abord et surtout des responsables politiques écologistes eux-mêmes qui n'ont pas su centrer leur campagne sur les urgences écologiques. Ni se rassembler. Le lâchage par sa propre famille politique d'Eva Joly pourtant candidate désignée par les militants écologistes eux-mêmes est un vrai cas d'école d'irresponsabilité.

Elles viennent aussi des autres candidats qui devant le manque de force du programme d'EELV se sont emparés de l'écologie pour faire croire qu'ils en étaient, eux, les vrais défenseurs.

Le résultat c'est qu'aujourd'hui, à quelques jours des élections, les Français sont prêts à croire davantage dans les capacités des autres partis politiques pour gérer l'écologie, que dans le parti écologiste lui-même...

Mais réveillons-nous. Ne nous laissons pas berner. Ne laissons pas les voix écologistes se diluer dans les autres partis politiques. Dimanche prochain les voix écologistes, clairement identifiées, doivent remplir les urnes. Car c'est leur nombre qui va compter. C'est leur nombre qui va déterminer la force politique des écologistes, et peser face au nouveau parti au pouvoir.

Il sera toujours temps après de choisir entre les deux candidats retenus pour le second tour.

Si dimanche soir le parti écologiste EELV obtient un résultat ridicule, c'est l'élan des valeurs écologiques qui sera touché de plein fouet. Alors faisons mentir les sondages. Et réécrivons le vers de Corneille dans le Cid : " Nous partîmes 500 mais par un prompt renfort nous nous vîmes 10 millions en arrivant au port "...

Christina Vieira