Bioaddict



Prévention des risques : appel à la mobilisation de jeunes de 7 à 18 ans pour défendre leur commune

Publié Le 2 Mars 2011 à 19h44
 
Pour sensibiliser les jeunes à la prévention des risques, le Ministère de l'Ecologie lance un grand concours national : " Les risques, ma commune et moi " et propose aux jeunes de se transformer en reporter pour dénoncer les risques prévisibles près de chez eux

Ce concours est ouvert aux jeunes âgés de 7 à 18 ans. Il leur propose de plonger dans la peau d'un journaliste de terrain, d'un vidéaste, d'un photographe ou d'un illustrateur et de réaliser sa mission seul(e) ou avec des amis, en classe ou en famille.

Le thème du reportage doit porter sur les risques prévisibles : les inondations, les tremblements de terre, les tempêtes, les avalanches, les feux de forêts etc. et les catastrophes passées dans la commune ou une commune différente.

La forme de l'enquête demandée est différente en fonction de l'âge : entre 7 et 14 ans, le document doit être accompagné de photos, de dessins, de schémas ou de plans ; entre 11 et 14 ans, un film numérique de 10 minutes maximum peut être joint au document. Et pour ceux qui ont entre 15 et 18 ans, il est demandé de réaliser un reportage vidéo numérique de 5 à 15 minutes.

En proposant ce concours ludique et attractif, le Ministère de l'Ecologie souhaite attirer l'attention des jeunes métropolitains, leur faire prendre conscience des risques majeurs existants en France et leur rôle dans la réduction des risques de catastrophes.

Le concours sera relayé par plusieurs partenaires : Les Eco-Maires ; Les Petits Citoyens et Natures et Découvertes, des institutions et des associations.

L'ensemble des travaux sera librement consultable par la suite sur Internet et sous réserve du respect de leur droit d'auteur et de l'avis du jury du présent concours sur Internet.

Pour participer il faut se rendre sur le site Internet dédié à la prévention des risques majeurs www.prim.net/concours. Le dossier doit être déposé avant le 15 mai 2011.

Une occasion à saisir par les jeunes pour interviewer des témoins, faire intervenir des experts ou des personnalités influentes, et bousculer les responsables locaux en faisant connaître aux habitants de la commune, et à tous, les risques potentiels encourus.

Nul doute que cette démarche va en faire réfléchir plus d'un et ne manquera pas de déclencher des actions de prévention par les élus qui ne pourront plus dire qu'ils ne savaient pas, et dont la responsabilité pourrait être engagée en cas d'accident.

Hervé de Malières