Bioaddict



Réchauffement climatique : l'Académie des Sciences confirme l'origine humaine


Sommaire
1 - Réchauffement climatique : l'Académie des Sciences confirme l'origine humaine
2 - Les facteurs d'évolution du climat
Publié Le 30 Octobre 2010 à 11h25
 
Alors que les climato-sceptiques doutaient de la réalité du réchauffement climatique et de son origine humaine, l'Académie des Sciences vient de confirmer non seulement qu'il est malheureusement réel, mais aussi que c'est l'homme qui est à l'origine de ce réchauffement par l'émission massive de CO2 liée principalement à la combustion de combustibles fossiles, et à la déforestation.

Commandé par Valérie Pécresse, Ministre de la Recherche, suite à la vive polémique sur le climat soulevée par Claude Allègre, le rapport sur le réchauffement climatique rédigé par 120 scientifiques de différentes disciplines, français et étrangers, est clair sur trois points clés : la réalité du réchauffement climatique, son origine et ses conséquences.

Le rapport précise en effet que :

1) " Depuis la seconde moitié du 19ème siècle, plusieurs indicateurs indépendants montrent sans ambiguïté un réchauffement climatique modulé dans le temps de 1975 à 2003 " ;

2) que " Cette augmentation de température a pour cause principale la hausse de la concentration de CO2 dans l'atmosphère, elle-même due incontestablement à l'activité humaine. "

3) et que " cette concentration de C02 représente une menace pour le climat, et de surcroit pour les océans, en raison du processus d'acidification qu'elle provoque ".

Le rapport confirme ainsi, s'il en était besoin, les mêmes conclusions que le GIEC (Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'évolution du climat).

Et pour ceux qui pensaient que le soleil pouvait être la cause du réchauffement, le rapport précise : " que l'activité solaire, qui a légèrement décru depuis 1975, ne peut être dominante dans le réchauffement observé sur cette période ".

Les indicateurs de l'évolution climatique

Pour confirmer le réchauffement climatique les experts se sont appuyés sur plusieurs observations :

1. la température de surface sur la Terre qui augmente " de 0,8 ± 0,2 °C depuis 1870 ".

2. La température des océans qui augmente. " Mesurée depuis les années 1950 par les bateaux de commerce ou les navires océanographiques (jusque vers 700 m de profondeur), et plus récemment par le système de bouées profilantes Argo, elle montre une augmentation moyenne globale depuis quelques décennies ".

3. la surface des glaces océaniques arctiques qui se réduit. " La banquise, dont la fonte ne contribue pas à l'élévation du niveau des océans, est un autre indicateur fort de l'accélération de l'évolution du climat : de 8,5 millions de km2 stable dans la période 1950‐1975, la surface des glaces de mer a connu une décroissance très rapide jusqu'à 5,5 millions de km2 en 2010 ".

4. Les glaciers continentaux qui reculent. " Ce recul est observé de façon quasi généralisée depuis 3 à 4 décennies, avec une nette augmentation au cours des 20 dernières années ".

5. La masse des calottes polaires de l'Antarctique et du Groenland qui se réduit.
" Ces calottes ont un bilan total de masse négatif depuis une dizaine d'années. Si quelques régions élevées de l'intérieur des calottes, en particulier Antarctique, s'épaississent un peu par suite de précipitations neigeuses accrues, la perte de masse domine. Celle‐ci s'effectue dans les zones côtières du Groenland et de l'Antarctique de l'Ouest par écoulement très rapide de certains glaciers vers l'océan et décharge d'icebergs. le réchauffement des eaux océaniques dans ces régions est la cause majeure des instabilités dynamiques observées ".

6. Le niveau moyen des océans qui augmente. " Cette augmentation est un autre indicateur qui intègre les effets de plusieurs composantes du système climatique (océan, glaces continentales, eaux continentales). Depuis le début des années 1990, les contributions climatiques à cette élévation sont approximativement dues, pour un tiers à la dilatation de l'océan consécutive au réchauffement et, pour les deux autres tiers, aux glaces continentales ‐ à parts quasi égales, fonte des calottes polaires du Groenland et de l'Antarctique d'une part, et fonte des glaciers continentaux d'autre part".

7. Enfin les indicateurs biologiques, tels que les déplacements de populations animales terrestres ou marines et l'évolution des dates d'activités agricoles saisonnières, " montrent aussi la survenue d'un réchauffement climatique ".