Bioaddict



Réchauffement climatique: les experts du GIEC nous auraient-ils menti à l'insu de leur plein gré ?


Sommaire
1 - Une erreur regrettable
2 - La crédibilité du GIEC en question
Publié Le 9 Février 2010 à 10h37
 
Rajendra Kumar Pachauri

Le GIEC minimise la portée de l'erreur en précisant que la date de 2035 n'avait pas été intégrée dans le rapport destiné aux Décideurs politiques. Mais le mal est fait. Le doute s'est installé dans les esprits. Les climato-sceptiques et les négationnistes en ont profité pour s'emparer de l'affaire et continuer à décrédibiliser le GIEC.

Rappelez-vous, ils étaient déjà intervenus pendant la Conférence de Copenhague en utilisant le contenu piraté de messages échangés entre scientifiques sur internet et qui pouvaient laisser entendre que les experts du climat doutaient eux-mêmes du réchauffement climatique. C'était le début du " Climategate ".

Depuis, l' "American Geophysical Union ", composée de 50 000 chercheurs, a précisé que les résultats scientifiques des études sur le climat n'étaient pas du tout à remettre en cause.
Mais les lobbyistes anti- réchauffement climatique ont trouvé une nouvelle faille dans le GIEC et continuent leur combat en s'attaquant maintenant personnellement à son Président, le Pr Rejendra Pachauri. Ils mettent aujourd'hui en cause son honnêteté et son intégrité. Ils l'accusent notamment de profiter de sa position pour s'enrichir personnellement en conseillant des entreprises privées travaillant dans le domaine du réchauffement climatique. Bien entendu le Pr Pachauri dément tout en bloc, précise qu'il ne perçoit aucune rémunération directement , et que l'argent est versé à un centre de recherche à but non lucratif , " The Energy and Resources Institut ". Il accuse le Lobbying de mener ses basses actions.

Face à ces attaques, qui vont, à n'en pas douter, et vu les enjeux, s'amplifier, et qu'on ne peut pas balayer d'un revers de main, le GIEC va devoir repenser son organisation, exclure absolument tous les conflits d'intérêts, et construire une défense au-dessus de tout soupçon. C'est le prix à payer pour retrouver son indispensable crédibilité.

Hervé de Malières