changements climatiques Politique

Réchauffement climatique : Nous sommes entrés dans le monde d'après

Sommaire de cet article :

  1. Nous sommes entrés dans le monde d'après
  2. Accepter l'inacceptable
  3. Les faits sont là
  4. Le Ministère de l'Ecologie appelle à une mobilisation nationale

Accepter l'inacceptable

Il va donc nous falloir " accepter " désormais la réalité du réchauffement climatique et ses multiples conséquences. Il va nous falloir vivre avec. En parler. L'intégrer dans notre vie quotidienne. Nous adapter. Oui, nous adapter...Nous n'avons plus le choix !

Le monde que connaitront nos enfants sera donc différent du nôtre. Et peut être totalement différent. Car il ne faut pas oublier qu'au cours de la dernière période glaciaire de notre planète, la température moyenne du globe n'était que de 5°C inférieure à la moyenne. Or, estime le GIEC, " à l'horizon 2100 la terre pourrait s'être réchauffée en moyenne de 1,1 à 6,4°C ".
Quel choc. Et les images du film " Soleil Vert ", nous reviennent en mémoire.
Oui, nous l'avons créé le réchauffement climatique. Oui, nous l'avons adoré le " Veau d'or " de la consommation qui nous a donné l'illusion du bonheur matériel. Oui, nous avons pollué la planète sans compter, et au profit de qui finalement? Et maintenant il est trop tard. Impossible de revenir en arrière.

Le prix Nobel d`économie Jospeh Stiglitz explique les raisons du réchauffement climatique.

Il va falloir expliquer à nos enfants que nous n'avons pensé aveuglément qu'à nous, sans nous soucier de ce que nous allions leur laisser. Il va falloir leur expliquer qu'ils vont hériter d' une planète qui ne ressemblera plus à celle que nous avons connue. Une planète polluée, instable, avec la survenue de phénomènes météorologiques extrêmes : tempêtes, pluies diluviennes, périodes de canicules et de sécheresse... Il va falloir leur expliquer que des régions entières de la planète vont disparaitre à cause de la montée des eaux qui pourrait atteindre plus d'un mètre d'ici la fin du siècle ; que des populations entières, des millions d'individus vont être déplacés; que de nombreux lacs et rivières vont être asséchés; que les écosystèmes vont être bouleversés avec la disparition possible de 20 à 30% des espèces animales et végétale ; que des populations entières, des millions d'individus, vont devoir quitter les régions côtières ; que les risques sanitaires liés au bouleversement des éco-systèmes vont augmenter ; que la production des matières alimentaires agricoles va baisser, alors que la population humaine ne cesse d'augmenter, tout particulièrement dans les pays dits émergents, entrainant des famines et des mouvements sociaux de très grande ampleur.. Et l'on peut imaginer le pire.

Lire : Réchauffement climatique : vers la fin du Monde ?

Cela parait tellement énorme. Nous avons peine à y croire. D'ailleurs beaucoup encore n'y croient pas du tout et considèrent qu'il ne s'agit là que d'hypothèses très excessives. Que les symptômes que présente la planète ne sont qu'une poussée de fièvre. Et que l'on va bien trouver des solutions pour la calmer. Mais Jean Jouzel, éminent climatologue et membre du GIEC, lance un avertissement " il faut renoncer à cette idée très dangereuse que le moment venu on trouvera une solution miracle. C'est maintenant qu'il faut passer à l'action ! "