Bioaddict



Réduction des pesticides en France : "le gouvernement doit passer à la vitesse supérieure !"

Publié Le 28 Janvier 2015 à 12h45
 
Le Ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll devrait annoncer les grandes lignes du nouveau plan Ecophyto vendredi 30 janvier 2015 à l'occasion du Comité National opérationnel et de suivi (CNOS). A cette occasion, l'association de défense de l'environnement Générations Futures appelle le gouvernement "à passer enfin à la vitesse supérieure".
L'utilisation de pesticides agricoles en France a augmenté de 9,2% entre 2012 et 2013. L'association Générations Futures constate ainsi l'échec du plan Ecophyto et demande aujourd'hui au gouvernement d'enfin mettre en place des mesures fiscales réellement dissuasives.

Dans un communiqué paru le mercredi 28 janvier, l'association Générations Futures, qui est un des acteurs associatifs au sein du dispositif Ecophyto depuis son origine, appelle le gouvernement "à se donner enfin les moyens politiques nécessaires à la réussite du plan dont l'objectif à terme doit rester la division par 2 de l'usage des pesticides" en France.

Pourquoi ce coup de pression ? parce que l'échec du plan Ecophyto de réduction de l'usage des pesticides lancé par le Grenelle de l'environnement en 2008 est aujourd'hui visible. En effet, malgré sa mise en place, l'utilisation de pesticides agricoles en France a augmenté de 9,2% entre 2012 et 2013 !

"Le recours aux produits phytosanitaires a augmenté de 5% en moyenne entre 2009 et 2013 et de 9,2% entre 2012 et 2013. Une analyse de l'évolution de l'indicateur de référence NODU (nombre de doses unités) par catégories de produits montre une augmentation du recours aux herbicides et aux fongicides, et une diminution du recours aux insecticides" précise le ministère de l'agriculture dans un communiqué paru en décembre 2014.

L'association Générations Futures appelle ainsi aujourd'hui le gouvernement "à passer enfin à la vitesse supérieure en mettant en place des mesures fiscales réellement dissuasives pour les plus rétifs aux changements dans ce domaine de la dépendance aux pesticides".

François Veillerette, porte-parole de Générations futures, explique : "Il faut fixer des objectifs de réduction progressifs obligatoires dans le temps aux professionnels, par région et par type de culture, et ensuite récompenser ceux qui prendront quelques risques et atteindront ces objectifs tout en soumettant ceux qui ne jouent pas le jeu à des redevances importantes si l'on veut que les comportements changent enfin".

"De même Générations Futures soutient la mise en place des certificats d'économie de pesticides proposés et demande même que leur mise en place soit généralisée au plus vite, afin de produire des résultats rapides" ajoute François Veillerette.

Plus généralement, Générations Futures rappelle dans son communiqué qu'une baisse significative de l'usage des pesticides en agriculture ne pourra pas être atteinte uniquement avec l'optimisation technique des équipements ou le recours aux produits de bio-contrôle. Il s'agit bien d'inciter les producteurs à mettre en place des systèmes de production du type "production intégrée", qui produisent déjà des résultats remarquables dans plusieurs réseaux en France, afin d'atteindre l'objectif de - 50% de pesticides en France qui reste l'objectif à terme du plan Ecophyto. Il faudra également développer l'agriculture biologique qui devrait représenter à terme 20% de la Surface agricole.

" Sur tous ces points nous jugerons l'action du gouvernement au courage politique et aux moyens déployés dont il saura faire preuve " précise François Veillerette.

Mathilde Emery