Bioaddict



Risque d'inondations en France : des prévisions inquiétantes pour l'avenir

Publié Le 5 Février 2011 à 16h36
 
Dans un contexte de changements climatiques annoncés, comment va évoluer la situation hydrologique de notre pays et comment cela va-t-il se traduire en terme de risque inondation, premier risque naturel majeur en France. Celles-ci seront-elles plus ou moins fréquentes ? Les régions les plus exposées vont-elles changer ? La saisonnalité des crue va-t-elle être bouleversé ?

Deux études, rendues à quasiment deux ans d'intervalle, livrent des résultats différents. La plus récente, remise le mois dernier au ministère de l'Écologie par plusieurs spécialistes dont le climatologue Jean Jouzel, prévoit un réchauffement se situant entre 0,5°C et 1,5°C à l'horizon 2050. "Au printemps et en été, les précipitations diminueront", relate le rapport. Selon un scénario dit pessimiste, "elles baisseront de 10% vers 2050 et de 30% vers 2090 pour la saison estivale". Il faut donc s'attendre à "une tendance à l'assèchement des sols au cours du siècle sur une grande partie de la France, hormis durant la saison hivernale".

Dans ce contexte, les rivières vont naturellement évoluer. Le rapport, qui dresse un état des lieux nuancé, indique tout d'abord que "les débits moyens diminueraient fortement sur la France en automne et en été et tendraient à augmenter en hiver sur le sud-est du pays". Notamment, "dans les bassins de la Seine et de la Somme, les débits d'étiages seraient plus fréquents et sévères". À l'inverse, "les crues éclairs pourraient être aussi fortes, voire plus, qu'aujourd'hui". La population du sud du pays, où elles ont lieu principalement, sera donc davantage exposée à des risques d'inondation. Autant de changements notables qui, d'après l'étude, devraient intervenir dès le milieu du siècle et s'aggraver par la suite.

La deuxième étude publiée par la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA) rend des conclusions plus catastrophiques. Dans vingt ans, le nombre de sinistres va doubler avec un coût financier passant de 11,3 milliards d'euros à 24,8 milliards d'euros. Une augmentation liée, d'après ce rapport, à l'augmentation des inondations dans les années à venir conjuguée à une densité plus forte de la population sur des zones exposées. En effet, on note une concentration de plus en plus importante des habitations dans le Sud-Est et sur la côte Atlantique.

Les auteurs de ce rapport éclipsent donc la volonté des pouvoirs publics de stopper les programmes immobiliers dans des endroits à risque. Une détermination qui a pourtant été rappelée au lendemain de la tempête Xynthia de février 2010. Mais la FFSA redoute les fortes résistances sur le terrain. Seules 30% des villes concernées ont adopté à ce jour un plan de prévention des risques inondation (PPRI).

Ensuite, selon le responsable des assurances, le risque est aujourd'hui sous-estimé. Ainsi, il est admis qu'un tiers des communes sont exposées aux inondations mais la cartographie des risques est incomplète et les professionnels considèrent qu'il y en a plutôt deux tiers.

Mais la connaissance est aujourd'hui totalement éclatée entre divers services (établissements publics, des structures spécialisées, des centres universitaires) qui travaillent tantôt sur les inondations, tantôt sur la météorologie ou encore sur la nature des sols. La création d'un observatoire national des risques naturels pourrait être une réponse appropriée.

CATastrophes NATurelles.net, partenaire de bioaddict.fr

A lire aussi :Catastrophes naturelles : record battu en 2010

Un rapport de l'ONU met en garde contre les impacts de la fonte des glaciers

Les catastrophes écologiques de la planète en direct

Changements climatiques : non, les Français ne sont pas écolo-sceptiques!