Bioaddict



Santé et alimentation : nos enfants avalent 128 résidus chimiques par jour !


Sommaire
1 - Des substances toxiques dans les assiettes des enfants
2 - Pire que la quantité : l'effet cocktail
3 - La nécessité d'agir
Publié Le 8 Décembre 2010 à 18h02
 
L'association Génération Futures et le réseau européen Health & Environnement Alliance, en partenariat avec WWF-France et le Réseau environnement santé, ont publié une enquête dans le cadre de la campagne " Cancers et environnement ". Les résultats sont alarmants !
7/7

 

Aujourd'hui, un homme sur 2 et une femme sur 3 est ou sera touché par le cancer en France. L'Institut de veille sanitaire prévoit d'ailleurs qu'en 2010, 350 000 nouveaux cancers auront été diagnostiqués.

Alors que les cas de cancers chez les enfants et les adolescents sont en augmentation continue depuis les années 1970, les scientifiques sont de plus en plus poussés à en chercher les causes dans notre environnement. Les associations Générations Futures et HEA, dans le cadre de leur campagne de sensibilisation intitulée "Cancer et environnement", ont ainsi commandé à plusieurs laboratoires français et belges indépendants la réalisation des tests sur des produits non bio achetés dans des supermarchés de l'Oise et de Paris entre juillet et septembre 2010.

4 repas et un encas -une journée type d'un enfant d'environ 10 ans- ont ainsi été élaborés en suivant les recommandations du ministère de la santé. Ainsi 5 fruits et légumes frais ont été inclus dans la journée, de même qu'au moins 3 produits laitiers et un litre et demi d'eau (du robinet). Des friandises ont également été rajoutées.

Diverses substances chimiques ont été recherchées : des plastifiants dont du Bisphénol A (BPA) et des phtalates, des retardateurs de flamme bromés (PBDE), des dioxines, furanes, PCB et autres Polluants Organiques Persistants (POPs), des pesticides ou encore des métaux lourds...

Résultats ? Les analyses montrent qu'en 24h, un enfant est susceptible d'être exposé, uniquement par son alimentation, à des dizaines de molécules chimiques soupçonnées d'être cancérigènes ou encore soupçonnées d'être des perturbateurs endocriniens par des instances sanitaires européennes ou américaines !

L'étude montre ainsi qu'en une journée, un enfant de dix ans ingèrerait pas moins de 81 substances chimiques différentes.

Ont été trouvés dans ces 4 repas : 128 résidus chimiques qui représentent 81 substances chimiques différentes, 36 pesticides différents, 47 substances classées cancérogènes possibles ou probables (dont 5 certaines) et 37 perturbateurs endocriniens (PE)!

Parmi les produits très touchés, on trouve l'eau du robinet qui contient 8 résidus chimiques dont de l'atrazine, du chloroforme et des nitrates, le saumon avec trente-quatre résidus chimiques détectés et le steak-haché avec 10 substances détectées.

" Les résultats de cette enquête vont au-delà de ce que nous imaginions. Une telle étude mériterait surement d'être approfondie mais elle vise avant tout à apporter un éclairage sur les substances chimiques auxquels nous pouvons être exposées par notre alimentation. Même si, dans la quasi-totalité des cas, les limites légales pour chaque substance chimique prise individuellement ne sont pas dépassées, on voit bien dans notre enquête que la réalité de l'exposition des consommateurs aux contaminants possiblement cancérigènes et/ou PE est préoccupante car elle résulte de l'ingestion de cocktails de très nombreuses substances. Les effets de synergie possible induits par l'ingestion de tels cocktails de contaminants ne sont pas pris en compte dans l'évaluation des risques posés par ces différentes substances et le risque final pour le consommateur est donc probablement sous estimé", précise l'enquête.