Bioaddict



Santé et alimentation : nos enfants avalent 128 résidus chimiques par jour !


Sommaire
1 - Des substances toxiques dans les assiettes des enfants
2 - Pire que la quantité : l'effet cocktail
3 - La nécessité d'agir
Publié Le 8 Décembre 2010 à 18h02
 

Actuellement, l'impact des cocktails chimiques ingérés par voie alimentaire n'est pas évalué. A fortiori, l'impact de ces résidus alimentaires conjugué avec ceux des autres substances chimiques auxquels nous sommes exposés tous les jours (par l'air intérieur ou extérieur, par les cosmétiques, par les biocides...) n'est pas évalué non plus. Cette situation est inacceptable.

Le groupement d'associations milite donc pour " l'application du principe de précaution dans l'objectif de diminuer au maximum l'exposition environnementale, et notamment alimentaire, de la population à des substances soupçonnées d'être cancérigènes ou PE ".

Il souhaite notamment interdire l'usage de pesticides et de certains additifs, développer la recherche pour mieux comprendre l'impact des différents facteurs de risque et améliorer l'information des usagers.

L'association Générations futures déclare ainsi en conclusion de cette enquête :

" Aujourd'hui, un homme sur 2 et une femme sur 3 est ou sera touchés par le cancer en France. Nous sommes donc tous et toutes concernés par cette terrible maladie. Face à cette épidémie, nous avons décidé de lancer une campagne sur Environnement et Cancer. Le premier volet de cette campagne est donc cette enquête sur l'exposition de la population, par l'alimentation, à des substances chimiques suspectées d'être cancérigènes.

Notre but est de faire prendre conscience aux citoyens et aux responsables publics de la part importante que représentent les facteurs de risque environnementaux parmi les causes de cancers et ainsi de les inciter à agir et prendre les mesures qui s'imposent .

C'est parce que nous nous en inquiétons aussi que nous avons souhaité faire cette enquête. Depuis que nous travaillons sur le sujet de l'alimentation et de la contamination des aliments, notamment par les pesticides, nous n'avons de cesse de nous interroger sur l'exposition alimentaire " réelle " à laquelle une personne, particulièrement un enfant, est soumise durant une journée.

Malheureusement les résultats de nos analyses vont bien au-delà de ce que nous craignions. Si dans la quasi-totalité des cas les seuils légaux (normes, limites) sont respectés pour chaque substance prise individuellement, nous avons été impressionnés par le nombre important de molécules différentes retrouvées susceptibles d'avoir des propriétés cancérigènes et/ou pouvant perturber le système endocrinien.

Le message que ce rapport porte est que, au vu des résultats de cette enquête, il est du devoir de nos représentants de trouver des moyens de réduire de manière substantielle l'exposition, notamment alimentaire, de la population aux substances chimiques suspectées d'être cancérigènes et/ou pouvant perturber le système endocrinien.

Cet objectif est atteignable. Pour nombre de ces substances des solutions de substitution existent déjà. Ainsi pour ce qui est des pesticides et des additifs, la production d'aliments sans résidus est possible comme le prouve l'agriculture biologique."

Retrouvez plus d'infos sur le site www.environnement-et-cancer.com

Sachez que le WWF relance l'opération "oui au bio dans cantine " le 15 décembre prochain !

Alicia Muñoz