Bioaddict



Santé : une nouvelle étude accuse très gravement le maïs OGM

Publié Le 19 Septembre 2012 à 19h12
 
Une étude menée par des chercheurs français confirme la toxicité du maïs OGM pour la santé humaine. Les trois ministères de l'Ecologie, de l'Agriculture et de la Santé viennent de saisir l'Agence Nationale de Sécurité sanitaire du dossier et alertent l'Agence européenne de sécurité alimentaire.
Santé: une nouvelle étude accuse très gravement le maïs OGM

Cela fait longtemps que le Pr Gilles-Eric Séralini, chercheur à l'Université de Caen, alerte les pouvoirs publics sur les dangers potentiels des OGM pour la santé humaine. Sa conviction vient d'être confirmée par les résultats d'une étude* à paraitre dans la revue internationale de toxicologie " Food and Chemical Toxicology ". Cette étude, qui a porté sur 200 rats, et " aux résultats alarmants " selon le Pr Séralini, montre en effet que chez les souris femelles alimentées par du maïs OGM NK 603 Monsanto traité parfois par le Roundup (herbicide), la mortalité est deux à trois fois supérieure à la normale, et que les tumeurs sont trois fois supérieures chez les rats des deux sexes. La taille des tumeurs est équivalente à celle des balles de ping pong.

Le Gouvernement qui vient de prendre connaissance de ces informations de la plus haute importance vient d'annoncer dans un communiqué co-signé par les trois ministères concernés, Santé, Ecologie, et Agriculture, qu'il saisissait immédiatement l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) pour étudier les mesures à prendre. Le Haut Conseil des Biotechnologies est également appelé à faire une analyse précise de cette étude. " En fonction de l'avis de l'ANSES, le Gouvernement demandera aux autorités européennes de prendre toutes les mesures nécessaires en termes de protection de la santé humaine et animale, mesures qui pourront aller jusqu'à suspendre en urgence l'autorisation d'importation dans l'Union européenne du mais NK 603, dans l'attente d'un réexamen de ce produit sur la base de méthodes d'évaluation renforcées "précise le communiqué.

Pour les trois ministères concernés, cette étude semble confirmer l'insuffisance des études toxicologiques exigées par la règlementation communautaire en matière d'autorisation de mise sur le marché de produits transgéniques. Elle valide la position de précaution prise en mars dernier par la France sur le moratoire des cultures OGM du maïs Mon 810.

Le Gouvernement va donc demander aux autorités européennes de " renforcer dans les meilleurs délais et de façon significative l'évaluation des risques sanitaires et environnementaux des OGM".

Le combat du Pr Séralini fini par confirmer ce que les lobbyes pro- OGM voulaient à tout prix étouffer.


Christina Vieira

En savoir plus sur Gilles-Eric Séralini