Bioaddict



Ségolène Royal n'est plus Ministre de l'Ecologie

Publié Le 18 Février 2016 à 13h11
 
Ségolène Royal a choisi d'abandonner le terme " Ecologie " dans l'intitulé de son Ministère pour le remplacer par le terme " Environnement ". Un choix qui n'est pas anodin...
Le ministère de l'Ecologie s'appelle désormais "ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la mer".

 

L'intitulé précis de son Ministère est ainsi devenu depuis le remaniement gouvernemental du 11 février 2016 " Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la mer ".

Et ceux qui pourraient croire qu'il s'agit là d'un détail se trompent. Les deux mots n'ont pas du tout le même sens.

Le but d'une politique écologique est en effet de créer des relations harmonieuses et respectueuses entre tous les êtres vivants, l'homme, les animaux, les végétaux, les micro-organismes...et leur environnement. L'Homme n'est dans cette vision du monde qu'un élément de la nature parmi d'autres.

L'environnement, lui, met l'Homme au coeur de tous les systèmes, et la politique environnementale consiste à le privilégier aux dépends, si nécessaire, de toutes les autres espèces.

Il s'agit donc là de deux approches radicalement différentes et qui induisent des choix stratégiques de gouvernance très différents. Et Ségolène Royal ne peut pas ignorer cette dichotomie.

Pourquoi a-t-elle choisi ce changement d'appellation ? pour se démarquer du mouvement écologiste et pour mieux l'affaiblir ? parce qu'il est compliqué d'associer les mots "Ecologie" et "Environnement" à l'heure où le nucléaire prédomine en France et qu'EDF est au bord de la faillite (situation que Ségolène va forcément devoir gérer) ?

Elle s'en défend et explique que le terme "environnement" lui semble plus simple à comprendre. Un peu court. A-t-elle d'autres projets derrière la tête ?

Et si le gouvernement manoeuvrait pour affaiblir définitivement l'Ecologie en France ?

Il faut savoir qu'avec le départ de Jean-Vincent Placé (qui a été nommé secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat dans le nouveau gouvernement), le groupe écologiste au Sénat ne compte plus que neuf membres. Or, il faut être dix pour disposer d'un groupe parlementaire ainsi que des avantages politiques et administratifs qui vont avec... Emmanuelle Cosse, ex patronne du parti écologiste EELV (Europe Ecologie Les Verts) a quant à elle été nommée ministre du logement, et non pas ministre de l'Ecologie.

Bref, le groupe écologiste EELV est en train de disparaître... comme le mot "écologie" dans l'intitulé du ministère... et tout cela alors même que la Commission Européenne cherche à modifier la réglementation bio pour pouvoir autoriser les pesticides...

L'Ecologie, "ça commence à bien faire" ?!

Hervé de Malières