Bioaddict



bad news

Séisme au Japon : la menace d'un accident nucléaire majeur

Publié Le 12 Mars 2011 à 15h29
 
Au lendemain du violent séisme qui a frappé l'archipel, une explosion a fait s'effondrer aujourd'hui à 15h36 locales (7h36 en France) les murs du bâtiment abritant un réacteur de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi, à 250 km au nord de Tokyo. Alors que les informations officielles sont succinctes, certains experts disent redouter une fusion du réacteur suite à la défaillance du système de refroidissement.
DOSSIER SPECIAL
Japon : explosion dans une centrale nucléaire

Un séisme de magnitude 8,9, le plus fort jamais enregistré au Japon, a frappé vendredi le nord-est du pays, déclenchant un tsunami de plusieurs mètres de haut sur les côtes Pacifique et faisant des centaines de morts et de disparus. La menace d'un accident nucléaire inquiéte aujourd'hui le Japon.

Le réacteur N°1 de la centrale nucléaire Fukushima N°1 est victime d'une série de problèmes depuis que le puissant séisme et ses répliques à répétition ont perturbé ses circuits de refroidissement. Un niveau de radioactivité mille fois supérieur à la normale a été détecté hier dans la salle de contrôle du réacteur. Alors que des problèmes de température sont apparus, l'armée de l'air américaine a ainsi délivré en urgence du liquide de refroidissement sur place pendant la nuit. Le Premier ministre Naoto Kan a ordonné l'évacuation des habitants dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale. L'Agence de sécurité nucléaire et industrielle a indiqué qu'une fusion pourrait être en cours dans le réacteur, avec la menace de la pire catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernorbyl, en Ukraine, il y a vingt-cinq ans.

Les habitants ont été invitées à utiliser un masque ou une serviette mouillée pour protéger leurs voies respiratoires et à se couvrir au maximum pour ne pas exposer leur peau à l'air. La dose de radioactivité reçue par un individu sur le site du sinistre correspond à celle qu'une personne peut absorber au maximum en un an, sous peine de mettre en danger sa santé, ont assuré les médias, citant un niveau de 1.015 microsievert.

Une autre centrale nucléaire de la région, Fukushima N°2, connait aussi des problèmes de refroidissement sur quatre de ses réacteurs. La population a aussi été appelée à évacuer la zone de cette centrale, située à une douzaine de kilomètres de Fukushima N°1.

L'état d'urgence nucléaire a été décrété au Japon à titre de précaution. Et même si le gouvernement japonais se veut rassurant en déclarant que le caisson du réacteur nucléaire n'aurait pas subi de dégâts et que les radiations sur le site auraient également baissé, l'explosion de Fukushima fait craindre un nouveau Tchernobyl.

Stella Giani