Bioaddict



interview

Slow cosmétique : prendre son temps pour être belle naturellement

Publié Le 2 Mai 2012 à 12h12
 
Après la slow food, ou le slow tourisme, si on se mettait à la slow cosmétique ? Julien Kaibeck, ancien élève de Sciences Po reconverti à la cosmétique naturelle et à l'aromathérapie, nous explique ce nouveau concept, ou comment prendre soin de votre peau tout en prenant soin de la planète.
Julien Kaibeck, expert en cosmétique naturelle et aromathérapie.

 

  1. Bioaddict.fr : La Slow Cosmétique est-elle écologique ? Si oui, en quoi diffère-t-elle de la cosmétique bio ou naturelle ?

    Julien Kaibeck : Oui, l'écologie est au coeur même du mouvement slow cosmétique. La slow cosmétique nous invite tout d'abord à consommer moins de produits de beauté pour nos soins quotidiens afin de réduire le volume de nos trousses de toilette. Cela veut donc dire moins de flacons, moins d'emballages et moins de produits gaspillés. D'autre part, comme la cosmétique bio, la slow cosmétique attire notre attention sur la composition des produits, afin d'éviter les dérivés de pétrochimie et les silicones dont l'impact est lourd pour la Planète. Elle pose néanmoins la question du " sens " des cosmétiques en nous demandant à chaque geste d'achat d'évaluer le réel besoin de tel ou tel produit. Elle va donc un peu plus loin que les cosmétiques bio ou naturelle.

  2. Quelles sont les questions à se poser avant l'achat d'un cosmétique ?

    On peut tout d'abord se poser la question de la véritable nature écologique, verte ou pas, du produit.  Est-on face à une marque qui fait du greenwashing ou non ? C'est très souvent le cas lorsqu'un seul ingrédient naturel est mis en avant, alors que la formule contient une grande quantité de composés synthétiques inertes et que le produit est suremballé. 

    On peut ensuite se poser la question de la qualité de la formule. Contient-elle réellement des ingrédients riches en acides gras essentiels et en vitamines dont ma peau a besoin ? Pour une crème hydratante par exemple, il faut vérifier que le nom latin d'une huile végétale ou d'un corps gras nourrissant naturel se retrouve dans les 5 premiers ingrédients de la formule. Sinon, c'est de la poudre aux yeux. Le produit le plus slow est évidemment le moins transformé : mieux vaut adopter une huile végétale de calendula pure plutôt qu'une crème au calendula noyé dans une formule complexe bourrée de pétrochimie.

    Enfin, on peut s'interroger sur le rapport qualité-prix d'un produit. Payer 100 euros pour un soin du visage de 50ml n'a pas de sens, même si celui-ci est composé d'ingrédients naturels. La cosmétique nous fait certes rêver, mais ce n'est pas une raison pour décupler les marges sur un produit !

  3. Quels sont les produits issus de l'industrie chimique à éviter à tout prix ?

    Il y en a hélas beaucoup. Les huiles minérales dérivées de la pétrochimie (petrolatum, paraffinum) ne sont pas dangereuses pour la santé mais leur impact écologique est négatif et surtout ils sont inertes donc dénués d'apports positifs pour la peau. Un comble ! Les silicones, que l'on retrouve dans les fonds de teint, les sérums anti-âge et les shampooings sont également à éviter car elles ne se résorbent pas bien dans l'environnement. Quant aux conservateurs tels que les parabens, l'EDTA, le BHT, on a déjà tout dit à leur propos et, même si le doute plane toujours quant à leur toxicité, on peut très bien opter pour des produits qui n'en contiennent pas pour s'abstenir d'entrer en contact avec eux. Reste encore à citer les parfums synthétiques irritants, les composés éthoxylés, les sels d'aluminium et les phtalates.

  4. Dans les recettes de beauté que vous proposez, avez-vous un ou des ingrédient(s) fétiche(s) ?

    Oui, j'utilise énormément les huiles végétales de bourrache, de jojoba, d'argan et de noyaux d'abricot. J'apprécie les huiles végétales parce qu'elles ont une réelle affinité avec la peau. Elles hydratent sans graisser malgré ce que l'on pourrait penser. Il suffit de les masser en petite quantité sur le visage. En complément, j'utilise aussi le sucre pour les gommages, l'argile pour le nettoyage et le beurre de karité bio quand il s'agit de protéger la peau.

  5. Qu'est ce que les Bioaddicts trouveront dans votre livre ?

    Mon livre propose tout d'abord un guide pratique pour apprendre à lire les étiquettes des cosmétiques avec discernement. Je fais ensuite rappel des besoins essentiels de la peau. 
    A la lumière de ces éléments, le lecteur découvre au fil des chapitres des recettes simples à réaliser chez soi pour adopter les gestes essentiels de la cosmétique naturelle : un nettoyage doux avec de l'argile, une hydratation profonde avec des huiles végétales et des crèmes fondantes, et puis quelques conseils pour se réconcilier avec sa peau et ses rides. 
    Le livre est un parfait compagnon pour tous ceux qui souhaitent à la fois consommer la beauté différemment et avoir de bons résultats sur la peau. C'est un complément idéal aux vidéos didactiques que l'on trouve sur mon blog www.lessentieldejulien.com.
Propos recueillis par Alicia Muñoz