Bioaddict



Sommet de Cancun : le processus sauvé mais pas le climat

Publié Le 13 Décembre 2010 à 12h07
 
L'accord trouvé lors de la 16e conférence sur le climat organisée à Cancun représente une avancée importante pour la poursuite de la coopération internationale pour lutter contre le changement climatique et rétablit la confiance dans le système multilatéral après une période où il était apparu fragilisé. Mais la question-clé de l'avenir du protocole de Kyoto a été renvoyée à plus tard...
DOSSIER SPECIAL
1/2
Nathalie Kosciusko-Morizet au sommet de Cancun
Nathalie Kosciusko-Morizet au sommet de Cancun

Cet accord consolide en effet les principales avancées de l'accord de Copenhague et permet d'enclencher sa mise en oeuvre. Il confirme notamment l'objectif de limiter l'augmentation de la température de plus de 2°C et va même au-delà en ouvrant la perspective d'un objectif mondial et partagé de réduction des émissions à l'horizon 2050. L'accord de Cancun marque ainsi un engagement des pays développés à poursuivre leur effort de réduction des émissions sans interruption dans le cadre du protocole de Kyoto.

L'accord rend également effectives certaines annonces de Copenhague à travers notamment la mise en place du mécanisme de transfert technologique, du dispositif d'aide à la lutte contre la déforestation et la dégradation de la forêt (REDD +) et du Fonds vert (100 milliards de dollars par année dès 2020 pour aider les pays en développement).

" Le dialogue multilatéral est sauvé de l'enlisement et de la faillite ", a ainsi déclaré dans un communiqué Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie. Elle a également salué le travail exceptionnel de la Présidence Mexicaine qui a réussi à établir un dialogue transparent et ouvert à tous les pays pour parvenir à cet accord.

" Alors que certains prédisaient un échec des négociations à Cancun, je suis très heureuse que la détermination et la volonté partagée par tous les pays d'avancer aient permis de franchir une nouvelle étape dans la lutte contre le réchauffement climatique. L'accord obtenu comporte des avancées concrètes notamment en matière de lutte contre la déforestation, de transfert de technologies et de financement. Il lance une vraie dynamique en vue de la conférence de Durban l'année prochaine. Enfin et surtout, il sauve le système multilatéral de lutte contre le changement climatique de l'enlisement et de la faillite ", a-t-elle ainsi déclaré.

Selon le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, "le succès de la Conférence sur le changement climatique de Cancun a mis le monde sur la voie d'une planète plus sûre, plus prospère et plus durable pour tous". Toutefois, il a ajouté qu'il restait "beaucoup de travail à accomplir"...

Le succès des négociations de Cancun est cependant plus nuancé pour d'autres...

Wendel Trio, directeur de Greenpeace International et en charge du changement climatique, a ainsi déclaré que "l'accord de Cancun a sauvé le processus de discussion des Nations-Unies, mais pas le climat".

Rempli de bonnes intentions, il faut dire que le texte adopté à Cancun est loin d'être contraignant.

Pour la climatologue Martine Rebetez, "On peut parler de bilan positif. Les négociations vont se poursuivre, un texte a été signé, on met un doigt sur la déforestation, on a un espoir pour le financement. Reste à voir si cela se fera. La surveillance sera déterminante. Mais on est encore loin du compte avec l'objectif des 2 degrés de hausse qui figure dans le texte de Cancún. Personne ne dit comment y arriver."

Après Nagoya (Japon), Montréal (Canada), Nairobi (Kenya), Poznan (Pologne), Copenhagen (Danemark), et cette année Cancun au Mexique, pour ne citer que les conférences les plus récentes, on se retrouvera donc l'année prochaine, pour la dix-septième fois, à Durban en Afrique du Sud.

Stella Giani