événement pédagogie

Sortie au cinéma d' "Orpailleur" : un film qui dénonce le fléau de l'exploitation illégale de l'or en Guyane

Sommaire de cet article :

  1. L'orpaillage : une nouvelle ruée vers l'or aux conséquences désastreuses
  2. Le film : synopsis et interview de Marc Barrat

Synopsis

Rod, jeune Parisien d´origine guyanaise, Gonz, son ami d´enfance des cités et Yann, une jeune guide touristique militante écolo se retrouvent au coeur de la forêt amazonienne, pris dans un engrenage, entraînés au bout du fleuve, dans le milieu hostile et archaïque des chercheurs d'or clandestin...

Interview de Marc Barrat

Pourquoi avoir choisi pour ce premier long métrage le thème de l'orpaillage ?

" Je voulais parler de l'orpaillage depuis très longtemps. Je me suis toujours dit qu'un film sur ce fléau devait être réalisé. J'ai voulu le faire à travers une fiction, car le sujet avait déjà été traité en documentaire. Selon moi d'ailleurs, les reportages n'étaient pas vraiment justes. On fait souvent du sensationnel avec ce type de sujet. " Quand tu es orpailleur, tu as la fièvre de l'or, souvent elle te bouffe et tu perds la raison " dit Yann dans le film. La quête de l'or, l'obsession pour le métal jaune, ont précipité le personnage de Rod dans un arrachement à l'enfance guyanaise. Chargé de ses blessures affectives, il se retrouve au milieu d'une forêt meurtrie, blessée par les activités dévastatrices de l'orpaillage, en particulier celui de l'orpaillage sauvage, illégal. De nos jours, il existe en Guyane un grand nombre de chantiers d'orpaillage clandestins où règnent des conditions de vie inhumaine et où les meurtres, la torture et la misère morale et sexuelle sont monnaie courante. Sur un territoire immense se déploient ainsi de véritables espaces de non-droit, impossibles à contrôler par des forces de l'ordre dépassées par l'ampleur de la tâche. En tant que Guyanais qui réside souvent dans la région, j'ai une connaissance intime de cette situation qui défraie régulièrement la chronique locale et nationale, et du malaise que provoque cet état de fait chez les habitants de cette région française. Concentrée sur Cayenne, Kourou et l'ensemble du littoral, la population vit un quotidien aux " normes européennes ", totalement contrasté avec l'intérieur du territoire, aujourd'hui menacé par une véritable catastrophe écologique et humaine. Pour moi, raconter l'histoire de Rod, à travers son point de vue et son parcours, c'est poser un regard à la fois familier et étranger sur cette terre et les questions qui la traversent ".

On peut percevoir une histoire d'amour très forte avec la nature dans votre film...

" En effet. Cette nature maltraitée sert de terrain au héros pour commencer sa quête. Elle est un personnage à part entière dans l'histoire. Telle une matrice organique elle-même blessée et souillée par les hommes et leurs dérives obsessionnelles, la forêt est au coeur d'un véritable enjeu pour tous les personnages, qu'il s'agisse de lui arracher l'or des entrailles, de la protéger, ou de se laisser porter par la force spirituelle qu'elle recèle, pour aller vers soi et retrouver son identité ".

Quel est le message que vous souhaitez faire passer auprès du grand public qui va découvrir votre film ?

" J'espère être parvenu, par la fiction, à traiter ce sujet qui me tient à coeur et peut-être avoir fait un " divertissement engagé ". J'espère que le public prendra conscience qu'il existe un problème environnemental en Guyane. Un problème écologique qui pourrait éclater au grand jour comme celui de la chlordécone aux Antilles. On ne peut pas contrôler deux fleuves-frontières en même temps, c'est impossible. Les orpailleurs connaissent la forêt comme personne. Ce sont de pauvres gars, pour la plupart, qui crèvent de faim chez eux... Et pour moi, tant qu'il n'y aura pas d'accords entre les gouvernements, et surtout en amont avec le Brésil, je ne pense pas qu'on réglera le souci de l'orpaillage en Guyane ".

Entre quête identitaire et protection de l'environnement, "Orpailleur", le film de Marc Barrat, vous plongera ainsi dans la réalité quotidienne de ces chasseurs d'or, et modifiera sûrement votre comportement d'achat lors de vos prochaines courses en bijouterie.

"Orpailleur" sortira en salles le 16 juin prochain.

Découvrez la bande annonce sur le site officiel du film : orpailleur-lefilm.com

Stella Giani

Info +

 

Réalisateur d'origine guyanaise, Marc Barrat a déjà bon nombre de courts-métrages avant de réaliser ce premier long sur le thème délicat de la ruée vers l'or. Il lui a fallu cinq longues années pour développer ce projet et en trouver le financement. Il a réussi à convaincre Julien Courbey et Philippe Nahon de participer à cette aventure au message écologique non dissimulé. Courbey a obtenu d'ailleurs le prix d'interprétation au festival Francophone d'Angoulème en 2009.