Poissons

Thon rouge : la pêche est terminée... pour l'instant !

Sommaire de cet article :

  1. Epuisement des quotas en moins d'une semaine
  2. Paris exige des explications
  3. Thon rouge : un poisson réservé exclusivement aux pêcheurs artisanaux ?
La pêche industrielle au thon rouge est fermée depuis hier soir en Méditerranée et dans l'est de l'Atlantique. Une clôture anticipée de 6 jours décidée par la Commission européenne. Cette décision attise la grogne des pêcheurs et inquiète les associations environnementalistes.
Officiellement, les pêcheurs industriels de l'Union européenne n'ont désormais plus l'autorisation de pêcher de thons rouge. La décision annoncée par la commissaire européenne en charge de la pêche, Maria Damanaki, n'annonce rien de bon ni pour les pêcheurs, ni pour les associations écologistes qui se battent pour la sauvegarde du thon rouge.

13 500 tonnes de thon péchées cette année

La campagne de thon rouge devait durer du 15 mai au 15 juin prochain. Mais la commissaire Maria Damanaki "a décidé de fermer la pêche du thon rouge par les thoniers senneurs en Méditerranée et dans l'est de l'Atlantique en raison de l'épuisement des quotas qui leur ont été alloués", a indiqué la Commission dans un communiqué. Cette mesure est "nécessaire pour protéger les stocks fragiles de thon rouge" et pour assurer leur survie, selon Bruxelles.

Lire "Thon rouge : une campagne de pêche sous haute surveillance ?"

Pour Greenpeace, cela prouve que les thoniers ont atteint leurs quotas en quelques jours. " En effet, cela signifie que les armements industriels français, espagnols et grecs ont déjà rempli leurs quotas en moins d'une semaine. Cela démontre, s'il en était encore besoin, la disproportion entre l'état du stock et les capacités de pêche ", souligne de son côté le WWF.

" C'est une nouvelle preuve de la mauvaise gestion de la pêcherie ! Même un seul mois de pêche est trop long pour les 17 thoniers senneurs industriels français ! ", s'insurge Charles Braine, responsable du programme pêche durable au WWF-France

Seule la pêche industrielle des thoniers senneurs européens est concernée

La décision de Bruxelles s'applique aux thoniers français, espagnols, grecs et maltais. La pêche artisanale quant à elle n'est pas visée. Les bateaux battant pavillon tunisien, turc ou libyen vont donc continuer à prélever dans les stocks de ce poisson qui ont diminué de 80 % au cours des dernières années.

Le " massacre des thons va continuer" pour Greenpeace pour qui la farce des quotas continue. " D'abord parce que les navires non européens ne sont bien sûr pas concernés par l'arrêt de la pêche décidé aujourd'hui par la Commission européenne . Pour mémoire, la flotte non européenne représente 40 % du quota de pêche fixé par l'Iccat, l'organisme international qui gère la pêche du thon rouge ".

Lire "Les scientifiques attestent que le commerce de thon rouge doit être interdit"

Info +


" La décision d'aujourd'hui ne permet pas de sauver le thon rouge, le système des quotas a fait la preuve de son inefficacité. Certes, avec les années, les contrôles se sont améliorés, la saison de pêche a été réduite, les quotas ont diminué...

Mais tout cela reste très largement insuffisant au regard de la menace qui pèse sur l'espèce. En vingt ans de pêche industrielle, 80 % des thons rouges ont disparu. Pour 2010, les scientifiques de l'Iccat ont estimé qu'un quota de 8 000 tonnes ne laisserait qu'une chance sur deux au stock de se reconstituer. Or les thoniers ont été autorisés à pêcher jusqu'13 500 tonnes de poissons ", explique François Chartier, responsable des campagnes pour Greenpeace.