Bioaddict



bad news

Thon rouge : Tokyo s'oppose à l'interdiction du commerce international prônée par l'UE

Publié Le 23 Février 2010 à 11h06
 
Alors que la Commission européenne prend parti pour la sauvegarde de l'espèce, Tokyo se dit opposé à toute interdiction de la pêche et du commerce du thon rouge.
Le Japon n'est vraiment pas prêt d'abandonner ses sashimis de thon rouge!

En septembre 2009, la Commission européenne a proposé aux 27 Etats membres d'inscrire le thon rouge en annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES), dont la prochaine réunion est prévue du 13 au 25 mars 2010 à Doha au Qatar. Mais cette première proposition n'avait pas réussi à réunir la majorité nécessaire au sein de l'UE.

La Commission européenne a donc reproposé, ce lundi 22 février 2010, aux gouvernements de l'UE de soutenir le classement du thon rouge parmi les espèces menacées d'extinction pour en interdire, courant 2011, le commerce international.

"Nous n'avons pas d'autre choix que d'agir maintenant et de proposer l'interdiction du commerce international du thon rouge", a déclaré le commissaire européen à l'Environnement, Janez Potocnik.

Les 27 Etats membres de l'Union Européenne approuvent la recommandation de Bruxelles. Si elle est entérinée par la CITES, l'organisation affiliée à l'ONU chargée de la protection des espèces en danger, la pêche du thon rouge sera interdite de facto.

Tokyo prêt à faire face à Bruxelles

"Nous faisons ce que nous pouvons pour que cette décision ne soit pas adoptée", a déclaré Shingo Ota, un négociateur à l'Agence des pêcheries du Japon, soulignant qu'en cas d'approbation par les 175 membres de la CITES, le Japon pourrait déposer "une réserve" quant à son application.

Tokyo serait plutôt en faveur d'une pêche assortie de mécanismes permettant la perpétuation de l'espèce.

Rappelons que si la France, principal pays producteur dans l'Union, s'est prononcée le 3 février dernier en faveur de l'interdiction du commerce international du thon rouge, l'Espagne, la Grèce, Chypre et Malte continuent de s'y opposer.

Lire "Feu vert de la France pour l'interdiction du commerce du thon rouge dans 18 mois"

Emilie Villeneuve