Bioaddict



interview

"Tous candidats" avec le mouvement Colibris pour un modèle de société durable

Publié Le 26 Octobre 2011 à 14h50
 
Le 20 octobre l'ONG Colibris a lancé une campagne parallèle intitulée "Tous candidats". Au delà de toutes considérations politiques, économiques, partisanes, c'est aujourd'hui à la conscience de chacun d'entre nous que Colibris fait appel, "pour construire un monde dans lequel nous pourrons cohabiter pacifiquement, nous épanouir et vivre en bonne intelligence avec la nature, à laquelle nous devons notre existence."
DOSSIER SPECIAL
1/3
Cyril Dion, directeur de Colibris.
Cyril Dion, directeur de Colibris.

Cette campagne ne comporte donc pas de candidat officiel. Le candidat est... chacun d'entre nous ! " Elle met en valeur les trésors créatifs élaborés par la société civile à petite comme grande échelle, qui constituent autant de briques potentielles de la société future. Aussi incroyable que cela puisse paraître, la plupart des solutions à nos problèmes existent déjà et il ne nous reste qu'à les mettre en pratique " détaille l'ONG sur son site Internet.

Pour nous aider à y voir plus clair, Cyril Dion, le directeur de Colibris , répond à quelques questions.

- Pouvez-vous revenir sur les principales actions de Colibris et les motivations du lancement de la campagne " Tous candidats en 2012 " ?

L'idée fondatrice du mouvement Colibris est d'inspirer une vision nouvelle de la société et de son rapport avec la nature. Pour engager cette métamorphose, il est nécessaire de fédérer et de comptabiliser les initiatives qui existent dans le monde. Notre rôle est donc de mettre en relation les personnes autour de tables rondes et de proposer des outils concrets pour favoriser la mise en oeuvre de leurs projets à l'échelle locale.

Nous produisons également des films, nous publions des livres et nous soutenons des initiatives individuelles et collectives insuffisamment médiatisées. Nous allons lancer un magazine en janvier prochain. A terme, notre objectif est de multiplier les supports médiatiques et les partenariats.

En partant du constat que nos leaders politiques ne sont pas à la hauteur des attentes, nous avons décidé  de permettre à tous ceux qui, avec conscience, conviction et détermination, oeuvrent concrètement pour un changement bénéfique de la société, d'être enfin entendus.

- Comment se présente la campagne ?

Il y a plusieurs niveaux dans cette campagne. D'abord on se déclare candidat sur le site www.touscandidats2012.fr (on peut choisir son slogan, son affiche, etc).
Une Révolution, notre nouveau documentaire auquel participe Marion Cotillard devrait sortir en septembre 2012 et permettra de présenter les initiatives écologiques et sociales les plus abouties en Europe occidentale. Un livre du même titre va également paraître afin de montrer au lecteur quelles voies emprunter. On y aborde notamment le scénario Négawatt que l'on pourrait commencer à appliquer dès aujourd'hui mais aussi l'éco-habitat, l'agriculture biodynamique, etc.
Puis le deuxième niveau de cette campagne sera de relier les différents candidats entre eux. Nous allons réunir, sous forme de groupes de travail, les initiatives qui existent déjà.  A cet effet, nous avons créé un site Internet pédagogique qui met un coup de projecteur sur l'acte de consommation : " Acheter, c'est voter ".

- Mais concrètement, comment faciliterez-vous ce lien entre les initiatives individuelles ?

Justement c'est le troisième niveau de cette campagne. Nous facilitons l'organisation de leurs projets au travers de 22 forums (un par région), de plans d'actions qui réunissent associations, élus et société civile, autour de la question suivante : comment construire la société de demain ? Pour animer ces forums, nous avons formé une centaine d'animateurs et de relais locaux. Il y aura évidemment un suivi de ces actions avec notamment la publication d'un guide qui proposera des modes d'emploi d'actions collectives pour aider chaque groupe à concrétiser leurs projets.

- Quel message souhaitez-vous faire passer aux décideurs politiques au travers de cette campagne ?

Aujourd'hui nos responsables politiques ne sont pas en mesure de changer le système actuel. Obama représentait un certain espoir lorsqu'il a été élu, mais on constate aujourd'hui qu'il est pris dans le filet des intérêts particuliers et des manoeuvres politiciennes. On attend toujours la réforme de Wall Street ! En France c'est la même chose. Le Grenelle de l'Environnement est une baudruche qui se dégonfle à mesure que le temps passe. On se souvient aussi du Sommet de Copenhague qui a nourri tant d'espoirs alors que nos représentants politiques n'ont pu qu'arracher un accord à minima, en bras de chemise, et après une nuit blanche... Il y a tant d'autres exemples d'échecs sur la maîtrise du système monétaire et économique, qui montrent que nos représentants politiques sont trop centrés sur leurs propres intérêts.

- Une campagne apolitique ne va-t-elle pas inciter à l'abstention ?

Notre but n'est pas de détourner les personnes de la politique mais de leur rappeler la gravité des enjeux. Certes, la politique est très importante mais il est temps de demander aux représentants de faire leur travail. Il est nécessaire de leur rappeler qu'ils ne sont pas tous puissants et qu'ils ne sont pas les uniques dépositaires de leur mandat. Le vote doit être une action politique citoyenne parmi tant d'autres et doit se faire en toute conscience de son importance. Aujourd'hui nous souhaitons faire grandir la communauté de consciences et faire émerger de nouveaux leaders politiques.

Propos recueillis par Alicia Muñoz