Bioaddict



Un colorant cancérigène dans le Coca Cola ?

Publié Le 9 Mars 2012 à 18h02
 
Un colorant entrant dans la composition d'origine du Coca Cola pourrait être cancérigène aux doses utilisées. La recette d'origine de la boisson va être modifiée en Californie.

Le Coca Cola vient de prendre soudainement un goût bien amer. L'Association de défense des consommateurs américaine (la CSPI) vient de lancer une alerte sur l'un des colorants de cette boisson présent dans le caramel, le 4-méthylimidazole (4-MEI) qu'elle estime cancérigène aux doses actuellement utilisées par Coca Cola, et qui sont près de 5 fois supérieures aux doses admissibles en Californie.

La CSPI a donc demandé à Coca Cola soit de baisser le dosage de ce colorant pour le ramener au niveau conseillé (29 microgrammes par jour alors que dans une seule canette il y a actuellement 142 à 146 microgrammes), soit d'indiquer sur les emballages un message d'avertissement. Bien que contestant la toxicité du 4-MEI contenu dans les canettes, Coca Cola a indiqué qu'elle allait finalement baisser le dosage du colorant pour satisfaire aux exigences de la Californie.

The Coca Cola Company a tenu cependant à préciser que malgré la baisse du dosage du colorant, le goût de la boisson ne devrait pas changer.

Mais nos exigences en France et en Europe sont-elles les mêmes ?

Toxique en Californie mais pas en France ?

La direction de Coca Cola affirme que " le caramel est un ingrédient parfaitement sûr et a été approuvé par toutes les agences de sécurité alimentaire européennes " et précise qu'une méta-analyse de la littérature scientifique sur le sujet, effectuée par l'Agence de Sécurité Européenne (EFSA) " a conclu que la présence de 4-MEI dans le colorant caramel ne représente pas de danger pour la santé ". En Europe " le processus de fabrication du caramel par les fournisseurs de Coca Cola reste donc inchangé ".

Nous allons donc avoir " la chance " de pouvoir continuer à boire cette boisson sans aucune modification de sa recette d'origine. Nous voilà rassurés.

Hervé de Malières

Pour en savoir plus, voir la vidéo sur BFM.