eau changements climatiques

Un rapport de l'OMM met en garde contre la crise de l'eau qui se profile

Un rapport publié début octobre par l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) alerte : "Nous devons prendre conscience qu'une crise de l'eau se profile".

"Le nombre d'aléas hydrologiques, tels que les inondations et les sécheresses, augmente sous l'effet du changement climatique. On s'attend à ce que le stress hydrique, aggravé par la croissance démographique et la diminution des ressources disponibles, s'amplifie massivement" préviennent les scientifiques dans un rapport intitulé "State of Climate Services 2021: Water" (Situation des services climatologiques 2021: L'eau).

"Depuis 2000, le nombre de catastrophes liées aux inondations a augmenté de 134% par rapport aux deux décennies précédentes. C'est en Asie que l'on a enregistré la plupart des décès et des pertes économiques liés aux inondations. Le nombre et la durée des sécheresses ont également augmenté de 29% au cours de cette même période. La plupart des décès liés à la sécheresse se sont produits en Afrique" explique l'OMM .

Selon les chiffres présentés dans ce rapport, en 2018, 3,6 milliards de personnes n'ont pas eu un accès suffisant à l'eau potable pendant au moins un mois. D'ici à 2050, elles devraient être plus de 5 milliards.

Le fait est que ces 20 dernières années, le stockage de l'eau dans les terres (à la surface du sol et dans le sous-sol - humidité du sol, neige et glace incluses) a diminué d'un centimètre par an. Les pertes les plus importantes se produisent en Antarctique et au Groenland, mais de nombreuses zones très peuplées situées à des latitudes plus basses (notamment en Afrique) connaissent également des pertes significatives dans des endroits qui assurent habituellement un approvisionnement en eau, ce qui a des conséquences majeures sur la sécurité alimentaire, la santé et le bien-être des populations.

Avec le réchauffement climatique, la situation s'aggrave : il faut savoir que l'eau douce utilisable et disponible ne représente que 0,5 % de l'eau présente sur Terre.

L'OMM note 3 problèmes majeurs liés à la crise de l'eau :

1/ La gestion, la surveillance, les prévisions et les alertes climatiques (pour prévenir sécheresses et inondations) dans le domaine de l'eau mis en place par les Etats sont aujourd'hui parcellaires et inadaptées, et les financements alloués au niveau mondial à l'action climatique sont insuffisants.

2/ Les besoins en eau augmentent dans les pays en développement notamment en Afrique (pour boire, cultiver la terre et élever du bétail, se nourrir, mais aussi pour se laver et éviter les maladies et les risques sanitaires).

"Le manque d'eau continue d'être une source majeure de préoccupation pour de nombreuses nations, notamment en Afrique", explique l'OMM. "Dans l'ensemble, le monde entier a pris beaucoup de retard dans les engagements pour parvenir à l'objectif de développement durable des Nations Unies, qui porte sur la disponibilité et la gestion durable de l'eau et de l'assainissement pour tous. En 2020, 3,6 milliards de personnes ne disposaient pas de services d'assainissement gérés de manière sûre, 2,3 milliards n'avaient pas accès à des services d'hygiène de base (notamment des toilettes !) et plus de 2 milliards vivaient dans des pays soumis à un stress hydrique, sans accès à l'eau potable" explique le rapport.

[media]

3/ L'eau potable est de plus en plus rare et de plus en plus polluée

Parallèlement au réchauffement climatique, les activités humaines ont un impact fort sur la ressource en eau : surconsommation, pollution des cours d'eau et des sols, tarissement des sources et réserves,... L'éducation des populations quant à la gestion durable de l'eau est primordiale pour l'avenir. Les entreprises et industries vont également impérativement devoir agir pour préserver l'eau (notamment l'agriculture ainsi que l'industrie textile, 2 grands consommateurs et pollueurs).

"La croissance démographique, l'urbanisation et la pollution mettent à rude épreuve les approvisionnements en eau. Les conditions météorologiques sont toujours plus extrêmes et plus imprévisibles en raison du changement climatique; parallèlement, la fonte des glaciers et la pénétration d'eau salée dans les réserves d'eau douce laisse présager des difficultés pour les générations à venir" alerte l'OMM.

Le sujet de la crise de l'eau est un thème majeur abordé en ce moment même à la COP26, la 26ème conférence internationale sur les changements climatiques organisée par les Nations unies à Glasgow, en Écosse.

Deux autres rendez-vous majeurs sont a noté : Le Sommet des Chefs d'Etats du 9ème Forum Mondial de l'Eau qui aura lieu à Dakar en mars 2022, et la Conférence de l'ONU sur la Décennie de l'eau qui se tiendra à New York en mars 2023.

Mathilde Emery

Crédit photo @boonchok

Info +

On assiste à un stress hydrique lorsque la demande en eau dépasse la quantité disponible pendant une certaine période ou lorsque sa mauvaise qualité en limite l'usage.