Bioaddict



bad news

Un tiers des abeilles françaises a disparu en quatre mois

Publié Le 29 Octobre 2018 à 09h58
 
Un tiers des abeilles françaises a disparu en seulement quatre mois en France, au cours de l'hiver dernier, selon une enquête réalisée par le gouvernement. Ces résultats surviennent au moment où les Etats-Unis viennent de classer sept espèces d'abeilles en voie de disparition. Les apiculteurs français appellent la France et l'Europe à sortir d'un modèle agricole reposant sur les pesticides.
Une enquête du gouvernement confirme que 30% des colonies d'abeilles françaises sont mortes durant l'hiver 2017-2018 comme l'avait indiqué l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF). Les ruches connaissent habituellement un taux de mortalité de 30 % sur l'ensemble de l'année.

 

Les apiculteurs français sont venus manifester en juin à Paris pour alerter les pouvoirs publics, les élus et la population française des dramatiques mortalités d'abeilles enregistrées en France à la sortie de l'hiver. " En avril dernier, au sortir de l'hiver, c'était la désolation dans de nombreuses exploitations apicoles ", explique l'Union nationale de l'apiculture française, le principal syndicat français d'apiculteurs dans un communiqué.

Après cette mobilisation, le gouvernement avait décidé de lancer une enquête. Le ministère de l'Agriculture et l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) ont en présenté les résultats le 24 octobre : la mortalité hivernale a atteint 30% du cheptel français, frappant tous les apiculteurs, dans toutes les régions. Des taux de mortalité jugés " gravissimes ".

" On évoque habituellement le taux de 30% sur l'année (en saison et en hiver), et avec ce seuil, pratiquer l'apiculture est déjà intenable... Là, ce taux intervient sur seulement quatre mois de l'année ", poursuit l'Unaf.

Réorienter les 55 milliards par an de la Pac

Les mortalités anormales d'abeilles ne sont pas un mal uniquement français, il sévit dans de très nombreux pays industrialisés. "The United states fish and wildlife service", un organisme fédéral qui dépend du gouvernement américain, a déclaré le 30 septembre sept espèces abeilles " en voie de disparition " afin de les protéger. C'est une première qui a sonné un peu plus l'alerte.

Gilles Lanio, président de l'Unaf, a déclaré " comme pour le reste de la biodiversité, les oiseaux et les insectes volants, le déclin de nos abeilles s'accélère. Nous pressons les pouvoirs publics de sortir notre agriculture de sa dépendance aux pesticides. Il faut saisir l'opportunité de la renégociation de la Politique agricole commune (Pac) pour réorienter notre modèle agricole ".

Jusqu'à présent la Pac décidée à Bruxelles a fortement soutenu par ses aides le modèle agricole productiviste basé sur une large utilisation d'engrais et de pesticides. Le budget de la Pac a été depuis le début le premier budget de l'UE avec plus de 55 milliards d'euros par an (278 milliards sur la période 2014-2020) dont 9 milliards reviennent à la France. Ces aides profitent surtout aux grosses exploitations agricoles, les plus utilisatrices de pesticides, ce qui explique la disparition régulière et rapide des plus petites. La France comptait plus d'un million de fermes en 1988, elles sont 450 000 aujourd'hui. L'argent public n'a pas permis aux agriculteurs de maintenir leur activité et dans le même temps, les atteintes du modèle productiviste à la flore, à la faune, à l'environnement en général et à la santé humaine ne cessent de s'aggraver.

AF Roger

En complément : cliquez ici pour voir l'enquête complète MORTALITE DES COLONIES D'ABEILLES DOMESTIQUES PENDANT L'HIVER 2017-2018