transports

"Vivre électrique" : une initiative censée redorer le blason de la voiture électrique

Un entrepreneur alsacien vient d'acquérir l'un des premiers modèles de la Nissan LEAF, une voiture électrique. Celui-ci est censé témoigner pendant 6 mois de son quotidien sur un blog à vocation pédagogique... sous la supervision de Nissan, évidemment.
Afficher le diaporama

La voiture électrique fait beaucoup parler d'elle dans les salons automobiles et dans les médias, mais on en voit finalement assez peu et elle reste encore largement méconnue. A ce titre, les chiffres du marché français sont explicites : seules 184 voitures électriques ont été immatriculées l'année dernière.

"Pourtant, les premières voitures arrivent en concession, et la révolution électrique n'a jamais été aussi proche !" croit savoir Yoann Nussbaumer, le témoin de cette "expérience" et fondateur d'Automobile Propre.com. "Vivre Electrique est un projet sur lequel je travaille depuis près d'un an. L'idée m'est venue en me rendant compte que les gens avaient beaucoup de préjugés et beaucoup de questions sur la voiture électrique" explique le jeune  entrepreneur déjà converti depuis longtemps à ce nouveau moyen de transport.

L'objectif de cette opération est clairement de redonner une bonne image à la voiture électrique, en partageant le quotidien de ce conducteur de voiture électrique, en l'occurence de la LEAF de Nissan. D'après le communiqué de presse de cette initiative, le but est de répondre aux principales questions que se pose le grand public sur ce nouveau transport (autonomie, coûts, fiabilité, ...) à travers des situations dites "concrètes."

Exemple : l'équipement de son garage et de son entreprise avec une prise aux normes, leslongs trajets pour comprendre les enjeux autour des infrastructures de charge et de l'autonomie, les trajets par grand froid en hivers, etc.

Evidemment, l'opération "Vivre Electrique" est soutenue par le constructeur Nissan, Hager, acteur mondial de l'installation électrique, ainsi que la Région Alsace, qui a récemment doublé l'aide gouvernementale de 5 000 € pour l'achat d'une voiture électrique.

[media]

Dès lors, on doute que des questions telles que les moyens pour produire l'électricité nécessaire à la "révolution électrique", l'emploi de lithium dans les batteries et moteurs ou encore sur l'autonomie limitée de ces voitures, seront abordées.

A quand une initiative de ce genre non sponsorisée ?

Célia Garcin