Bioaddict



événement

Waste Land : découvrir la beauté du monde derrière un tas d'ordures

Publié Le 22 Mars 2011 à 10h58
 
Au coeur de la plus vaste décharge du monde, au Brésil, Waste Land nous fait découvrir le projet artistique inédit de l'artiste Vik Muniz : photographier les "catadores" (les ramasseurs de déchets recyclables) dans des mises en scènes composées à partir d'objets et matériaux rescapés des poubelles. Quand l'art devient porteur d'espoir et vecteur d'une formidable aventure humaine...

Chaque jour, plus de 5 000 catadores s'activent comme de méticuleuses fourmis sur les montagnes d'ordures qu'ils trient, extraient et recyclent. Un travail indispensable dans le long processus de recyclage des déchets. Et ce malgré la boue et le sang, et pour des sommes ne dépassant guère les 25 $ par jour.

La jeune réalisatrice britannique Lucy Walker a ainsi choisi dans ce documentaire de suivre l'artiste brésilien Vik Muniz pendant 3 ans à la décharge de Jardim Gramacho en banlieue de Rio de Janeiro. Parti de son Brooklyn d'adoption aux Etats-Unis, l'artiste de renom a en effet choisi de retourner dans son pays natal, le Brésil, pour un travail porteur de sens : créer de vraies compositions artistiques grâce aux matériaux recyclables triés par les catadores. " Je veux changer la vie de ces gens en utilisant leur outil de travail quotidien " explique ainsi l'artiste dans le film.

Et au delà du projet artistique, l'aventure prend une dimension humaine extraordinaire...

Vik Muniz propose ainsi dans un premier temps à une dizaine de "catadores" volontaires de poser au milieu des déchets en reconstituant quelques toiles célèbres de l'histoire de la peinture telle que "La mort de Marat" ou encore "Le Semeur"... Puis à partir des photos qui sont projetées sur le sol d'un hangar, lui et son équipe de "catadores" les recomposent en utilisant des matériaux issus de la décharge. Poupées, fermoirs, cannettes et bouchons... Un travail de tri et de composition minutieux auquel certains vont adhérer avec beaucoup d'espoir et d'enthousiasme. Parmi les hommes et les femmes qui participent, certains s'imaginent déjà artistes, tandis que d'autre, plus méfiants, prennent Vik Muniz pour un fou...

Quand les oeuvres sont finalement achevées, elles sont à nouveau photographiées pour être exposées dans des musées brésiliens. Impuissant face à la misère mais désireux d'agir en faveur des "catadores", Vik Muniz vend ainsi les photos des oeuvres d'art aux enchères. Et ce sont finalement les riches collectionneurs d'art qui se battent pour acheter les compositions d'ordures des "catadores"... et qui permettent la collecte de fonds servant à financer de multiples projets sociaux destinés à leur offrir une vie meilleure.

S'il n'est pas réellement militant, le documentaire de Lucy Walker est un message d'espoir, un hymne aux trieurs de déchets des pays pauvres. L'oeuvre de l'artiste brésilien Vik Muniz montre qu'art et recyclage ont un destin durable... Et que derrière les ordures et la misère se cache toute la beauté du monde... la beauté du coeur! A voir en salle dès le 23 mars !

Alicia Muñoz

Retrouvez plus d'infos sur le site wasteland-lefilm

A lire aussi : Vers une Économie responsable : la belle leçon du brésil