Accueil / Articles / Maison écologique / Enquête peintures, santé et environnement : Dites oui aux peintures naturelles !
décorationéco-habitat

Enquête peintures, santé et environnement : Dites oui aux peintures naturelles !

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

Les peintures classiques renferment des substances toxiques pour la santé mais aussi pour notre environnement, en particulier des composés organiques volatils (COV). Respectant des critères de performances, les peintures naturelles garantissent un cycle de vie respectueux de la nature et de notre bien-être.

Dites oui aux peintures naturelles !

Pour les peintures, il existe quatre grandes familles de constituants selon la FIPEC, la Fédération des industries des peintures, encres, couleurs, colles et adhésifs :

les liants, qui donnent de la consistance et de la transparence à la peinture.
les solvants, qui donnent sa fluidité à la peinture pour permettre la fabrication et l’application. Leurs composés organiques volatils sont particulièrement nocifs, à l’instar du white-spirit, du trichloréthylène ou de l’acétone.
les additifs, qui modifient certaines propriétés de la peinture ou en apportent de nouvelles (additifs anti-mousse, anti-nuançage, absorbeur UV, fongicide, siccatif, etc.)
les matières pulvérulentes, soit les pigments qui apportent des propriétés optiques (opacité, couleur) ou d’autres propriétés spécifiques (anticorrosion, résistance au feu…). Les plus dangereux contiennent des métaux lourds (plomb,cadmium, cobalt, chrome), polluants et toxiques même à très faible dose

Et les peintures à l’eau?

 » Dans l’esprit du public, les peintures à l’eau ne présenteraient aucun risque : la forte proportion d’eau dans leur formulation les rend effectivement moins agressives pour la santé que la peinture en phase solvant. Mais c’est oublier qu’elles contiennent encore en pourcentage variable de solvants, pigments, charges et adjuvants qui sont sources de risques « , d’après l’Inrs, l’Institut national de recherche et de sécurité, qui a étudié la composition, les risques toxicologiques, les mesures de prévention des peintures à l’eau.

Les peintures classiques représentent un danger pour la santé de l’être humain et de l’environnement. Les Composés Organiques Volatiles (COV : minuscules poussières qui se détachent jour après jour des peintures) contenus dans ces peintures sont en effet dangereux.

Le choix de le peinture écologique

Les matières premières constituants les peintures naturelles proviennent le plus possible de ressources naturelles renouvelables et ne sont pas toxiques. Les peintures naturelles et écologiques n’émettent pas ou très peu de COV et sont donc inoffensives pour la santé.

Leur fabrication est beaucoup moins dommageable pour l’environnement que les peintures de synthèse; Les peintures naturelles et écologiques sont biodégradables. Leur production consomme peu d’énergie et produit peu de déchets. Leur charge sur l’environnement est minime.

Les peintures naturelles et écologiques sont vivement conseillées pour les pièces où l’on passe beaucoup de temps : chambres, bureaux, crèches, écoles, hôpitaux, … sans oublier les pièces où séjournent les nouveaux nés et les jeunes enfants.

Lire l’interview de Sarah Santin : éco-designer.

Des peintures classiques à l’odeur de nocivité

Les risques dus aux pigments, charges, liants et additifs sont les mêmes quelles que soient les peintures, selon l’Inrs (Institut National de Recherche et de Sécurité). Par contre les risques dus aux solvants sont :
– en moyenne élevés dans le cas des peintures en phase solvant
– modéré dans le cas des peintures en phase hydrosolubles
– faible pour les peintures hydrodiluables.

Ils ne sont donc pas nuls pour les peintures en phase aqueuse, d’autant plus que des solvants de la famille des éthers de glycol sont souvent utilisés dans ce type de produit.

«  Les éthers de glycol auraient des effets nocifs sur la fertilité de l’être humain. Alors la prudence s’impose « , souligne l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie dans un guide pratique destinés aux particuliers sur les déchets ménagers dangereux .

Il faut savoir que tous les travaux de finition présentent également un risque. Lorsque vous poncez par exemple vos murs, vous vous exposez aux pigments et aux charges (sulfates, carbonates, oxydes, silicates). Ces derniers peuvent provoquer des surcharges pulmonaires suite à une inhalation des poussières.

La toxicité des pigments minéraux dépend de la présence de métaux dans leur formule.
Des irritations cutanées et des muqueuses peuvent survenir suite aux chromates, ainsi que des allergies cutanées ou respiratoires comme l’asthme.
L’accumulation progressive de plomb et de dérivés plombifières peuvent causer des affections au foie, aux reins, au système nerveux (saturnisme).
Une accumulation également progressive de composés de cadmium peuvent toucher les poumons, le tube digestif, les riens et les os (effet cancérogène avéré pour l’homme dans la classification du CIRC, Centre international de recherche sur le cancer).
Les composés de cobalt sont quant à eux sensibilisants pour la peau et les voies respiratoires (asthme et eczéma). Ils sont classés comme agents pouvant être cancérogènes pour l’homme dans la classification du CIRC (Centre international de recherche sur le cancer).

Les pigments organiques peuvent les remplacer mais sont quand même irritants ou allergisants (vert de chrome, jaune de chrome, rouge de cadmium, bleus minéraux). C’est surtout le cas des dérivés azoïques (colorants). Sans compter que certaines amines aromatiques peuvent provoquer des tumeurs de la vessie.

 » Les pigments sont des micro-polluants toxiques même à très faible concentration.
Rejetés dans les égouts ou sur les sols, ils contaminent l’eau et la chaîne alimentaire… à l’extrémité de laquelle se situe l’homme ! De plus, ils se concentrent progressivement et peuvent provoquer des intoxications chroniques ou aiguës. Et comme si ces dangers ne suffisaient pas, la combustion de ces pigments métalliques libère des gaz cancérigènes « , interpelle l’Ademe.

Ainsi, lors de l’application de ces peintures, un certain nombre de produits nocifs sont diffusés dans l’air et imprègnent les tissus et moquettes de votre habitat. Ils restent présents dans l’air pendant plusieurs mois et peuvent causer des irritations diverses et une diminution de la capacité respiratoire. En raison de leur inflammabilité et de leur explosivité, des mesures de prévention et de protection s’imposent lors du stockage et de l’utilisation de ces peintures. L’écotoxicité des peintures synthétiques implique également un traitement spécifique des résidus et déchets .

Deux écolabels pour une peinture plus naturelle

Une peinture naturelle respecte un cycle de vie, garantissant à l’homme un environnement moins pollué aux différents stades de son élaboration, jusqu’à sa mise en application dans les habitats.

Elle évite produits chimiques, dérivés du pétrole, solvants, dioxide de titane et emballage qui polluent l’air, l’eau, et nécessitent de l’énergie.

Elles misent sur les huiles végétales, eau, teintures végétales, gomme naturelle, caséine… et évitent totalement ou partiellement les COV (composés organiques volatiles) dans leur production et génèrent peu de déchets.

Parfaites pour les personnes sensibles aux allergies, les peintures naturelles présentent aujourd’hui des performances semblables et même souvent meilleurs que celles des peintures classiques.

En effet, leur pouvoir de pénétration dans le support est plus important, elles sont perméables, tout en laissant respirer les murs, et elles ont une durée de vie et de vieillissement excellents. En plus de toutes ces qualités, elles restent totalement inodores.

Les peintures naturelles utilisent ainsi des essences d’aromates ou d’extrait d’agrumes comme substituts aux solvants des peintures synthétiques. Les pigments les plus utilisés sont des oxydes minéraux (fer ou ocres). Les liants sont des huiles (ricin, lin), des cires, mais aussi de la caséine ou de la chaux éteinte.

Délivrés en France et reconnus par les pouvoirs publics, la Marque NF Environnement et l’Ecolabel européen, vous garantiront des peintures naturelles.

Le label NF Environnement

Le label NF Environnement

La marque française NF Environnement, créée en 1991, est gérée et délivrée par AFAQ AFNOR Certification.

Le label veut offrir une double garantie :
– la qualité d’usage du produit, avec les performances de la peinture (pouvoir masquant, durée de séchage…)
– la limitation des impacts du produit sur l’environnement le long de son cycle de vie et du fait de sa teneur réduite en solvants et l’absence de certaines substances dangereuses

Pour obtenir la marque NF Environnement, les peintures doivent répondre à des critères écologiques spécifiques :

– Les pertes totales de matières lors de la fabrication et du conditionnement du produit ne doivent pas dépasser 3 %.

– Les produits doivent avoir une teneur réduite en composé organique volatil (COV) pour limiter la pollution de l’air .

– Les ingrédients entrant dans la composition du produit ne doivent pas comporter de substances à base de cadmium, plomb, chrome VI, mercure et arsenic. Ni de plastifiants classés comme dangereux pour l’environnement, ni même de certains éthers de glycol.

– Sur l’étiquetage officiel, le consommateur doit noter une absence de symboles de danger tels que E Explosif, O Comburant, F+ Extrêmement inflammable, T+ Très toxique…

L’Ecolabel européen

L’Ecolabel européen

Créé en 1992, il est reconnu dans les 25 pays de l’Union Européenne. En France, AFAQ AFNOR Certification est aussi l’organisme en charge de la gestion et de l’attribution de l’Ecolabel européen.

L’Eco-label se veut posséder les atouts suivants :

– faible contenu en composés organiques volatils (COV) et en hydrocarbures aromatiques volatils (HAV). Pour les peintures murales, le taux de C.O.V. doit être inférieur ou égal à 30 g/L.

– réduction des émissions de souffre au cours de la production de dioxyde de titane,

– réduction des déchets dangereux issus de la production du dioxyde de titane,

– absence de métaux lourds et de substances dangereuses pour l’environnement et la santé,

– mode d’emploi pour les utilisateurs incluant des conseils sur la conservation du produit, la gestion des déchets et le nettoyage des outils,

– garantie d’un minimum de pouvoir masquant pour les peintures et d’une résistance à l’eau pour les vernis.

De plus il impose :
– des critères de performance en termes résistance aux frottements humides, résistance à l’eau et adhérence.
– des informations et des recommandations sur les emballages (conditions de stockage du produit après ouverture, mesure de protection préventive pour le peintre…)

Où les trouver et à quels prix ?

Leroy Merlin, Mr. Bricolage… Les grandes enseignes de bricolage se sont mis à l’ère du naturel pour développer des gammes certifiées écolabel ou NF Environnement.

Bricorama propose les peintures acryliques Nuance qui répondent au label écologique européen.
Peinture chambre et séjour satin blanc 2,5 l. Prix indicatif : 24,90 €
Peinture alkyde boiseries intérieures 2,5 l. Prix indicatif : 27,90 €

Pour ses peintures intérieures Colours, Castorama a choisi la certification Ecolabel européen.
Cette peinture contient 20g/l de solvants, soit bien moins que la valeur limite exigée par la norme européenne (75 g/l en 2007 et 30 g/l en 2010).
Peinture acrylique satin multi-surface 2,5 l. Prix indicatif : 34,90 €
Peintures murs plafonds monocouche 5 l. Prix indicatif : 59,90 €

Les grandes marques ont aussi sauté le pas. Avec trois finitions (mat, satin et brillant) et 58 couleurs, Auchan a lancé sa gamme de peintures portant l’Ecolabel européen.
Acrylique Brillant 0,5 l. Prix de vente conseillé : 5,70 €
Acrylique satin et mat 2,5 l. Prix de vente conseillé : 20,60 €
Acrylique Brillant 2,5 l. Prix de vente conseillé : 25,20 €

Avec sa gamme Laque majeure, Ripolin a conçu composée exclusivement de produits en phase aqueuse dont la teneur en Composés Organiques Volatils (COV) est conforme à la Directive Européenne 2004/42/CE et bénéficient de l’écolabel.
Prix publics indicatifs TTC : 14,30 € le pot de 0,5 litre / 50 € le pot de 2,5 litres / 7 € le testeur de 75 ml

De la production (émulsion à froid, sans consommation d’énergie ni production de déchets ou de sous produits toxiques) à la fin de vie (restitution sans transformation au cycle biologique naturel), les peintures Natura se veulent respectueuses de l’environnement. L’emballage lui-même est en plastique recyclable.
Finition mat intérieur 1 l. Prix indicatif : 16,61 €
Finition mat intérieur/extérieur 3 l. Prix indicatif : 49,45 €
Finition satin intérieur 2,5 l. Prix indicatif : 42, 39 €

Les taux de COV de la gamme Saint LUC’O sont de 25 fois à 40 fois inférieur au taux maximal de COV accepté pour être écolabellisé.

Reca propose une gamme complète de produits innovants certifiée Ecolabel : Aquarel.

Prenez soin de votre santé et de notre planète : privilégiez les peintures naturelles.

Emilie Villeneuve

Info+

Vérifiez que votre peinture " naturelle " le soit vraiment.

Voici quelques ingrédients qui doivent vous faire douter : alkyde (équivaut à de la glycéro donc à éviter), colophane (la Cram, Caisse d'assurance maladie, déteste cet allergisant respiratoire), essence de térébenthine (équivaut aux hydrocrabures toxiques), goudron végétal (ou " essence de goudron ", un cancérigène reconnu), latex (chimique ou naturel mais est stabilisé à l'aide de produits très chimiques)...

Source : " 100 réflexes air pur Guide pratique antipollution " d'Isabelle Pacchioni 2008
Editions Leduc.S

Pour le bois, optez pour une peinture de lait (Milk Paint) proposée en poudre, à diluer vous-même dans de l'eau. Ces produits renouent avec les techniques ancestrales de peinture 100 % naturelle. On en fait même mention dans le tombeau de Toutankhamon.

Dedans il y a de l'argile, de la terre, de la chaux, de la caséine, un composant naturel du lait et des sels. Sous la forme de " poudre ", la peinture ne nécessite pas d'eau donc pas de conservateur.

Source : " 100 réflexes air pur Guide pratique antipollution " d'Isabelle Pacchioni 2008
Editions Leduc.S

D'après la directive européenne sur les émissions de composés organiques volatils (COV) entrée en application le 1er janvier 2001, l'Union européenne a décidé d'abaisser les émissions de ces gaz de 57 % entre 1990 et 2010. La fabrication et l'application de peintures sont en ligne de mire.

Partagez cet article