Affaire Volkswagen: Ségolène Royal lance une enquête en France sur tous les véhicules

Suite à la découverte par l'Agence fédérale américaine de protection de l'environnement (US EPA) d'une fraude de très grande ampleur montée par le constructeur automobile allemand Volkswagen concernant les émissions polluantes de ses véhicules, notamment diesel, Ségolène Royal, Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, a décidé ce mardi 22 septembre 2015 de lancer une enquête approfondie en France afin de savoir si la fraude concerne aussi les véhicules du groupe Volkswagen vendus sur notre territoire.

Outre sa marque, Volkswagen possède d'autres marques : Audi, Seat, Skoda, Volkswagen véhicules utilitaires, Bugatti, Bentley, Porsche, Lamborghini, Scania (camions), Man (camions) et Ducati (motos).

Selon le Groupe automobile, 11 millions de véhicules auraient été équipés du logiciel chargé de fausser les résultats portant sur les émissions de gaz toxiques relevées lors des contrôles techniques officiels menés par les Etats pour l'homologation des véhicules.
Il serait donc bien étonnant que la France ne soit pas concernée par cette énorme fraude dont on se demande qui en a eu l'idée, qui a développé le logiciel, qui a donné son feu vert pour sa mise en place, et avec quelles complicités le système a pu être installé et déployé.

L'UTAC (Union Technique de l'Automobile, du Motocycle et du Cycle), le service technique désigné par l'État français auprès de la Commission européenne pour réaliser les essais d'homologation, a été chargée de se rapprocher de l' US EPA pour approfondir les mécanismes de la fraude, vérifier si d'autres marques automobiles n'ont pas également triché, et faire des propositions d'actions.

Pour mieux vendre ses véhicules, Volkswagen a donc choisi délibérément de continuer à polluer l'atmosphère en trichant sur la "propreté" de ses moteurs, et de nuire ainsi à notre santé et à l'environnement. Un tel comportement dépasse l'entendement...