Juillet 2022 : le mois de juillet le plus sec en France jamais enregistré

"Au-delà de la chaleur, ce mois de juillet 2022 devrait également être marqué par un déficit record de précipitations, devenant le mois de juillet le plus sec depuis le début des mesures" note Météo France dans un communiqué du 27 juillet.

"En moyenne, sur le pays, le cumul de précipitations agrégées s'élève à 8,1 mm, soit un déficit de 85 %. À l'exception de quelques orages en début et fin de mois, les précipitations ont été rares et très faibles (donnant des cumuls souvent inférieurs à 5 mm), voire inexistantes en région PACA et en Corse. On enregistre au 26 juillet moins de 3 jours de pluie en plaine, soit 3 à 10 jours de moins que la moyenne climatologique."

En juillet, les cumuls mensuels de précipitations sont globalement très faibles : en Île-de-France 18,7 mm, soit 60 % de déficit, en région Centre 34,6 mm, soit 65 % de déficit, en Corse 0,6 mm, soit 96 % de déficit sur une moyenne climatologique à 15 mm, mais aussi en Bretagne et en Auvergne où le déficit est proche de 95 %.

"Juillet 2022 devrait donc être donc le mois de juillet le plus sec sur la période 1959-2022 à l'échelle nationale et au second rang des mois les plus secs tous mois confondus, derrière mars 1961 avec 7,8 mm, soit un déficit de 88 %" explique Météo France.

Ce mois de juillet exceptionnel s'inscrit dans une année sèche. Le déficit depuis le début de l'année est compris entre 25 % (en Île-de-France et dans le Limousin) et 50, voire 55 % (en Corse et PACA).

Conséquence : la sécheresse des sols superficiels est exceptionnelle. Depuis le 17 juillet, elle est la plus sévère jamais enregistrée, battant celle de 1976. Combinée à des températures caniculaires, elle a favorisé la propagation des feux de forêts sur la façade atlantique, particulièrement nombreux en Gironde et dans les Landes.