Shell s'avoue pessimiste sur les réserves pétrolières

Voici ce qu'a déclaré Peter Voser, PDG de Shell : " La production des champs existants décline de 5 % par an à mesure que les réserves s'épuisent, si bien qu'il faudrait que le monde ajoute l'équivalent de quatre Arabies Saoudites (sic) ou de dix mers du Nord dans les dix prochaines années rien que pour maintenir l'offre à son niveau actuel, avant même un quelconque accroissement de la demande. " Le pessimisme fait désormais consensus auprrès des grands groupes pétroliers.