Accueil / Articles / Environnement / La ville de Pékin suffoque, les Pékinois se révoltent !
Pollution

La ville de Pékin suffoque, les Pékinois se révoltent !

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

A parler tous les jours des problèmes liés à la pollution, elle se banalise, et on oublierait presque comment elle se matérialise et quelles sont ses conséquences sur la santé. Malheureusement, les habitants de Pékin, directement impactés, n'ont pas ce problème...

En effet, depuis le week-end, la capitale chinoise est plongée dans un épais brouillard grisâtre. Les dirigeants chinois semblent eux aussi avoir l’esprit embrumé, et se sentent impuissants face à ce désastre écologique et sanitaire qui ne cesse de s’aggraver et de révolter les Chinois.

Ces deux derniers jours, les mesures effectuées par l’ambassade américaine ont atteint le niveau de 522, dépassant le seuil maximal de l’index qui est de 500 ! À partir de 150 le niveau est déjà considéré comme « mauvais pour la santé » de tous. A partir de 300, c’est même « dangereux pour la population tout entière ».

En plus d’obliger les Pékinois à se protéger avec des masques respiratoires, cette pollution a provoqué la fermeture de grands axes routiers, mais également l’annulation de vols au départ ou à destination de la capitale. Un total de 233 vols intérieurs et 17 vols internationaux avaient été annulés lundi en milieu d’après-midi, a indiqué l’aéroport international de Pékin sur son site internet.

L’origine de toute cette pollution ? La combustion de charbon grandissante, selon Greenpeace Chine, mais aussi le colossal nombre de voitures en circulation. Un total de 240.000 voitures supplémentaires arrivent cette année dans les rues de la mégalopole, où il en circule déjà 5 millions.

Sur la toile, les internautes se révoltent contre le régime qu’ils accusent de propagande en minimisant le phénomène de pollution. En effet, selon la presse et la société civile, les relevés officiels et les chiffres divulgués par les autorités ne correspondent en rien à la réalité. De son côté, l’ambassade de France envisage de mettre en place ses propres mesures.

Après les craintes liées à la rapide propagation d’épidémies type H1N1, il semblerait que certaines villes colossales chinoises aient plus de soucis à se faire du côté de la pollution.

Célia Garcin

Partagez cet article