Accueil / Articles / Maison écologique / Les toilettes sèches : comment ça marche?
toilettes sèches

Les toilettes sèches : comment ça marche?

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

Nous " consommons " en moyenne 6 à 12 litres d'eau potable à chaque fois que nous tirons la chasse d'eau, soit environ 1500 litres par personne et par mois. L'installation de toilettes sèches est une des alternatives les plus intéressantes pour économiser l'eau dans notre habitat rural ou semi-rural.

Un procédé économe et écologique

Les toilettes sèches, aussi appelées toilettes à compost, toilettes à litière ou TLB (toilettes à litières biomaîtrisée) sont des toilettes qui n’utilisent pas d’eau et qui recyclent les selles en compost, lequel peut être utilisé comme engrais.

Ce procédé, parfaitement écologique, permet ainsi des économies d’eau considérables et d’énergie dans la maison. Il permet aussi de diminuer la pollution de l’eau.

Il faut en effet savoir que 35% à 40% de l’eau potable des zones urbanisées des pays occidentaux passent à l’égout. Or, les selles se dégradent mal dans l’eau et le traitement de nos eaux usées en station d’épuration coûte très cher et consomme beaucoup d’énergie.

Comment utiliser des toilettes sèches ?

A chaque fois que vous utilisez vos toilettes sèches, composées d’un simple seau placé à l’intérieur d’un caisson, au lieu de tirer la chasse d’eau, vous recouvrez, en utilisant une louche, vos selles et le papier utilisé (préférez du papier recyclé non coloré et non blanchi) par un broyat de végétaux secs (copeaux, sciure de bois, cendres, …). L’amalgame des ces matières génère un équilibre carbone/azote sans odeur.

Vous pourrez trouver la sciure dans des scieries locales. Il faudra ensuite vider régulièrement le seau et le laver soigneusement. Le compost, après un certain temps de maturation au cours duquel les germes microbiens pathogènes disparaissent naturellement, pourra être ensuite utilisé pour fertiliser votre jardin ou votre potager. Et le déchet devient ainsi ressource naturelle.

En bref, le procédé des toilettes sèches n’est donc, ni plus, ni moins, que la reprise du principe de la litière pour chat adapté aux humains.

Un cap difficile à franchir

Cependant, dans notre société moderne, habituée au confort, l’utilisation de ce type de toilettes peut sembler « dérangeant ». Et il y a un réel cap « psychologique » à franchir pour beaucoup.

Certains choisissent ainsi d’avoir deux coins toilettes dans leur habitat afin notamment de laisser le choix à leurs invités entre toilettes sèches et toilettes  » classiques  » à chasse d’eau. Il semble cependant que l’utilisation des toilettes sèches se démocratise de plus en plus ces dernières années. Il convient juste de changer ses habitudes.

 » Dans les familles qui ont fini par intégrer cette idée, l’usage des toilettes sèches ne pose aucun problème. Les jeunes enfants n’ont, qu’en à eux, aucune difficulté à adopter une TLB. Pour eux, il s’agit d’une habitude comme une autre. D’abord surpris, les copains de classe de notre fils l’adoptaient aussi sans problème. Notre fils était fier d’habiter dans une maison où la pollution des eaux a été supprimée.  » ( Joseph Orszagh, Docteur en Sciences chimiques, EAUTARCIE, interview econo-ecolo.org)

L’association EMPREINTES a mené une grande enquête sur les utilisateurs de toilettes sèches en France en 2007. Il en ressort que : 685 foyers n’utilisent pas de toilettes à eau, soit 2 200 utilisateurs qui ne tirent pas la chasse (30l/ jours/pers). Cela représente plus de 24 millions de litres d’eau potable économisée (soit 24 000 m3).

Comment installer des toilettes sèches et combien ça coûte ?

Les toilettes sèches offrent l’avantage de ne nécessiter aucun investissement en plomberie et sanitaires et aucun entretien de chasse d’eau et de fosses sceptiques.

Vous pouvez construire vos propres toilettes sèches pour un coût modeste (environ 50€ de matériel) ou les acheter déjà toutes faites (entre 150€ et 400€). Vous pouvez ensuite choisir de placer ces toilettes à l’intérieur ou à l’extérieur de votre habitat.

Construire ses toilettes sèches

Les toilettes sèches sont composées d’un caisson dans lequel est placé un seau receveur des selles, d’une lunette de toilettes, d’un seau à sciure et d’une louche . Les fabriquer soi-même est assez simple si on est un peu bricoleur et permet surtout de les adapter à son habitat selon ses goûts.

À consulter : Toilettes du monde – Le Guide des Toilettes sèches 2009 – Fiche d’auto-construction

Les Amis de la Terre organisent également des journées d’information  » Une TLB chez moi  » qui, pour un prix de 35€ en plus du KIT, comprennent une partie théorique et pratique le matin et le montage guidé de son KIT l’après-midi. On repart avec sa TLB montée, prête à l’emploi et toutes les informations utiles pour bien s’en servir.

Acheter ses toilettes sèches

Plusieurs sociétés, en France et en Europe, proposent des modèles de toilettes sèches manufacturées.
Du modèle artisanal très simple au modèle plus luxueux, il existe de plus en plus de modèles qui pourront s’intégrer dans votre appartement ou votre maison.

Certains modèles de toilettes sèches manufacturées proposent de séparer les urines des matières fécales. L’objectif de la séparation est de réduire le volume de déchets. Les selles étant déshydratées (électriquement ou par ventilation naturelle) ou compostées (brassage électrique), et les urines évacuées par un drain. Vous pouvez choisir cette séparation ou non selon vos préférences.

Partagez cet article