Accueil / Articles / Environnement / Lutte contre le réchauffement climatique : l’Essonne donne l’exemple
changements climatiquesPollution

Lutte contre le réchauffement climatique : l’Essonne donne l’exemple

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

Le Conseil Général de l'Essonne lance avec plus de deux ans d'avance son Plan climat pour réduire de 25% les gaz à effet de serre produits par son département d'ici 2020.

Alors que le Grenelle de l’Environnement oblige les collectivités de plus de 50 000 habitants à se doter d’un Plan Climat avant 2012, le Conseil général de l’Essonne a adopté le sien Intitulé CLIMATE, en juin 2010, avec deux ans et demi d’avance, et s’est fixé pour objectif une réduction des gaz à effet de serre de 25% d’ici 2020, ce qui est plus ambitieux que l’objectif initial de l’Union européenne, fixé à 20%.

La Commission européenne soutient d’ailleurs le Conseil général de l’Essonne dans le cadre du programme européen Life +, qui vise à encourager des actions en faveur de l’environnement, à travers une subvention de près de 784 000 €.

Le plan climat se déclinera autour de 5 priorités majeures:

1. Le développement des éco-activités en Essonne, notamment autour du bâtiment durable, des énergies innovantes et de la qualité de l’air et du climat.

2. L’encouragement de l’utilisation des techniques d’habitat durable en apportant des réponses aux professionnels et aux particuliers désirant construire ou rénover selon des méthodes respectueuses de l’environnement.

3. L’information des citoyens sur les modes de déplacement alternatifs à la voiture solo. Les déplacements sont la première source d’émission de gaz à effet de serre en Essonne (43%). Le Conseil général souhaite donc développer l’information auprès des Essonniens sur les modes de transports alternatifs à l’autosolisme par le développement d’une centrale de mobilité.

4. La lutte contre la précarité énergétique à travers des actions permettant une meilleure efficacité énergétique des logements sociaux et un changement de pratiques chez les habitants.

5. Et enfin la réduction des émissions internes de gaz à effet de serre en étudiant l’impact énergétique des activités du Conseil général et permettant d’améliorer la capacité des agents de la collectivité à réduire cet impact.

Un programme dont d’autres régions pourraient utilement s’inspirer. Car plus on avance sur ce dossier du réchauffement climatique, plus on s’aperçoit que les changements proviendront pour beaucoup des actions menées au niveau local.

H de M

Partagez cet article