Accueil / Articles / Environnement / Marée noire aux Etats-Unis : un " couvercle " pour arrêter la fuite
Pollution

Marée noire aux Etats-Unis : un " couvercle " pour arrêter la fuite

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

Le groupe britannique BP doit embarquer à bord d'un navire un " couvercle " ce mercredi 5 mai 2010, en milieu de journée, pour tenter de réduire la fuite de pétrole qui se déverse au fond du golfe du Mexique.

La nappe d’hydrocarbures fait désormais 200 km de long pour 110 de large. Cette catastrophe écologique, provoquée par l’explosion le 20 avril 2010 de la plateforme pétrolière  » Deepwater Horizon » de BP, à environ 70 km des côtes, a déjà touché jeudi dernier la presqu’île formée par le delta du Mississipi, en Louisiane.

Lire « Catastrophe écologique aux Etats-Unis : « une des pires marées noires de l’Histoire »« 

Des centaines de bateaux sur le qui-vive aux abords de la nappe, des dizaines de kilomètres de barrages flottants déployés, 4 millions de litres d’eau et de pétrole récupérés… Les dispositifs mis en place sont malheureusement loin d’être suffisants. La nappe géante de pétrole continue de progresser et menace désormais des dizaines de kilomètres de côtes jusqu’à la Floride.

Le président Barack Obama a d’ailleurs promis hier que son administration ferait des « heures supplémentaires » pour limiter l’impact économique de la marée noire. Il a prévenu qu’il s’agissait d’un « sérieux défi ».

Un « couvercle » d’acier pour contrer la fuite

La société British Petroleum a lancé la fabrication de  » couvercles  » pour stopper les trois fuites de pétrole de la plate-forme. Une des ses chapes d’acier, de près de 90 tonnes, empêcherait dès ce week-end une partie des 800 000 litres de pétrole de s’échapper chaque jour.

Ce premier « couvercle », relié par un tuyau à un navire mouillant en surface pour récupérer le pétrole, doit bloquer la principale fuite située sur le long du conduit reliant le puits à la plate-forme. BP a d’ailleurs commencé dimanche dernier à creuser un puits de secours afin de boucher le conduit d’origine et détourner définitivement le pétrole vers une autre plateforme.

D’autant plus qu’il n’y a pas une seule minute à perdre : même si les équipes de nettoyage, dont font partie les pécheurs de la région, ont profité d’une météo clémente hier, la marée noire, décrétée « catastrophe nationale » présente toujours une énorme menace pour la biodiversité des marais côtiers de la Louisiane, sanctuaire pour la faune et en particulier les oiseaux aquatiques. Sans compter la crainte des 3 autres Etats de la région ; la Floride, l’Alabama et le Mississippi qui appréhendent la pollution de leurs plages, la perte d’emplois dans le secteur du tourisme et des pêcheries, indispensables à l’économie locale.

En attendant de voir si la pose du premier  » couvercle  » d’une centaine de tonnes au fond de la mer est une réussite, la région qui a déjà connue la catastrophe de l’ouragan Katrina en 2005, doit continuer à faire aux dégâts de ce désastre écologique et économique.

« Cette marée noire est la conséquence directe du mode de vie soit disant  » non négociable  » des pays industrialisés, basé sur une réelle addiction au pétrole et aux énergies fossiles. Cette marée noire nous laisse tous impuissant face à la destruction inéluctable de toute une région », précisait Greenpeace dans un communiqué le 30 avril dernier.

Emilie Villeneuve

Info+

La marée noire, qui grossit à raison de 800 000 litres par jour depuis le 20 avril dernier, s'étend maintenant sur plus de 23 000 kilomètres carrés, ce qui équivaut à 50 fois la superficie de l'île de Montréal.

Jean-Louis Borloo, le ministre de l'Ecologie, a annoncé hier, mardi 4 mai 2010, que la France allait proposer aux Etats-Unis cinq bateaux "qui permettent d'épurer les hydrocarbures ". " On est en train de regarder si on peut, et si les Américains le souhaitent, leur expédier cinq bâtiments qui permettraient d'améliorer le traitement malheureux de cette situation", a-t-il affirmé sur France-Inter.

Partagez cet article