Accueil / Articles / Environnement / Marée noire : le puits définitivement scellé dans le golfe du Mexique !
Pollution

Marée noire : le puits définitivement scellé dans le golfe du Mexique !

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

Le puits, à l'origine d'une des plus grandes marées noires de l'Histoire, a enfin été définitivement scellé ce dimanche 19 septembre.

« Nous pouvons finalement annoncer que le puits Macondo 252 est effectivement condamné », a déclaré Thad Allen, ancien amiral de la garde-côte chargé de superviser les opérations pour le compte des pouvoirs publics, après le succès du colmatage définitif du puits de pétrole responsable du déversement de quatre millions de barils de pétrole dans le golfe du Mexique depuis le 20 avril dernier.

« Après des mois d’opérations considérables, de préparations et de mises en oeuvre sous la direction des équipes scientifiques et techniques du gouvernement américain, BP a achevé avec succès le puits de dérivation pour l’atteindre et le cimenter à près de 5,5 km sous la surface », explique-t-il dans un communiqué.

Les ingénieurs de BP étaient parvenus à combler la fuite le 15 juillet dernier à l’aide d’un  » couvercle  » d’acier avant d’injecter de la boue et du ciment le 5 août dans la tête de puits endommagé.

Lire « Marée noire en Louisiane : à quand la fin du désastre écologique ?« 

Le géant britannique a ensuite foré un puits de dérivation qui a été raccordé jeudi au puits endommagé. Du ciment a pu être ensuite injecté en profondeur afin de clore une catastrophe qui a coûté 9,5 milliards de dollars au deuxième groupe pétrolier européen en termes de capitalisation boursière. Un chiffre qui comprend le coût des opérations de réponse, de confinement, de forage des puits de dérivation, de bouchon statique et de cimentation, ainsi que les dons aux États riverains du golfe, les indemnisations réglées et les frais au niveau fédéral.

BP a crée un fonds d’indemnisation, baptisé Gulf Coast Claims Facility (GCCF), de 20 milliards de dollars pour indemniser les victimes de la plus grave marée noire de l’histoire des Etats-Unis.

Cependant le groupe pétrolier risque de payer une addition encore plus salée ; l’administration Obama pourrait le poursuivre en vertu de la loi américaine sur la propreté de l’eau, BP risquant ainsi de débourser au moins 1 100 dollars par baril, soit plus de 5 milliards de dollars.

Mais aucun dollar ne pourra compenser les dégâts provoqués par l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon le 20 avril dernier. Onze personnes y ont trouvé la mort, 4 millions de barils de pétrole ont souillé les eaux du golfe du Mexique polluant ainsi pour des dizaines d’années l’écosystème de la région.

Barack Obama a salué « une étape importante » et a promis de s’assurer que la côte se remettrait « totalement de cette catastrophe ». Pour l’économie locale peut-être, mais sûrement pas pour la biodiversité qui va porter les stigmates de cette catastrophe écologique les prochaines années à venir.

Lire « Tous englués dans la marée noire« 

Lire « Biodiversité : les effets de la marée noire en Louisiane sont catastrophiques« 

« Aucun méa culpa, aucune remise en cause de la stratégie de fuite en avant vers les pétroles non conventionnels comme les forages offshore profonds ou très profonds. Et cette course folle a lieu dans le golfe du Mexique mais également en Arctique, un écosystème d’une fragilité extrême », s’indigne Greenpeace.

« Les pétroles non conventionnels comme l’offshore profond représentent un danger immédiat avec les risques croissants de catastrophes comme celle de Deepwater Horizon. Mais surtout ils permettent la poursuite du modèle du tout pétrole, à n’importe quel prix, et empêchent toute réflexion stratégique vers un modèle énergétique basé sur les renouvelables. »

Emilie Villeneuve

Info+


Dates clés de la pire marée noire de l'histoire américaine

Avril 2010

- 20 : Explosion sur la plate-forme Deepwater Horizon à 80 km au large de La Nouvelle-Orléans : onze morts.

- 22 : La plate-forme, contenant 2,6 millions de litres de pétrole, coule.

- 25 : Le groupe britannique BP, exploitant de la plate-forme, annonce que du pétrole s'échappe du puits par 1 500 mètres de fond.

- 28 : Découverte d'une nouvelle fuite ; 800 000 litres le volume de pétrole se déversant dans la mer chaque jour. Or cette estimation sera plusieurs fois relevée.

- 29 : Les premières nappes de pétrole atteignent la Louisiane.

Mai 2010

- 8 : Tentative ratée de mise en place d'un "couvercle" d'acier sur la fuite.

- 16 : BP réussit à pomper du pétrole grâce à un tube inséré dans le puits tandis que d'énormes nappes de brut sont découvertes à grande profondeur.

- 20 : BP assure pomper 5 000 barils de brut par jour (800 000 litres), mais admet avoir sous-estimé la fuite.

- 29 : Echec de la tentative visant à cimenter le puits par l'injection d'un produit épais.

Juin 2010

- 1er : Ouverture d'une enquête judiciaire.

- 3 : BP parvient à poser un entonnoir sur le conduit qui permettra de pomper plusieurs milliers de barils de brut par jour.

- 15 : BP installe un second dispositif de captage permettant de brûler quotidiennement 10 000 barils de brut.

- 16 : Obama obtient de BP la mise de côté de 20 milliards de dollars pour l'indemnisation des victimes.

Juillet 2010

- 4 : Après avoir touché la Louisiane, le Mississippi, l'Alabama et la Floride, la marée noire atteint le Texas.

- 12 : Nouveau moratoire sur les forages jusqu'au 30 novembre, après l'annulation par la justice d'un précédent décrété par Obama.

- 15 : BP réussit pour la première fois à arrêter l'écoulement de pétrole à l'aide d'un entonnoir.

- 27 : Annonce du départ le 1er octobre du patron de BP, Tony Hayward, remplacé par l'Américain Bob Dudley.

BP, qui a mis de côté une charge de 32,2 milliards de dollars, annonce une perte trimestrielle de 16,9 milliards de dollars.

Août 2010

- 2 : Les autorités américaines évaluent à 4,9 millions de barils, soit 780 millions de litres, le volume de brut et de gaz échappés du puits, dont 800 000 barils (127 millions de litres) ont été récupérés.

- 3 : BP annonce le début de l'opération "static kill", censée condamner pour de bon le puits par l'injection de liquides, de matières solides, puis de ciment.

Septembre 2010

- 19 : Le puits de pétrole à l'origine de la marée noire est définitivement scellé après une opération de cimentation ("bottom kill"), rendue possible grâce au forage de puits de dérivation.

Partagez cet article