Accueil / Articles / Eco tourisme et loisirs nature / Sortie du film "600 kg d’or pur" sur l’extraction illégale de l’or
loisirs

Sortie du film "600 kg d’or pur" sur l’extraction illégale de l’or

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

Découvrez sur grand écran le nouveau film d'Eric Besnard, " 600Kg d'or pur " dans lequel l'équipe de tournage a travaillé dans le contexte exceptionnel de la forêt équatoriale de Guyane, et touché du doigt la complexité du thème principal du film : l'avidité autour du minerai aurifère.

L’histoire

Un groupe d’aventuriers entreprend de faire le casse d’une mine d’or au coeur de la Guyane. Mais l’opération ne se passe pas comme prévu, et, lors de leur fuite, leur hélicoptère doit se poser en catastrophe au milieu de la jungle. Ils ont mis la main sur six cents kilos d’or… mais doivent maintenant les porter sur leurs dos dans un milieu très hostile. Le butin devient fardeau. Les sept fuyards, cinq hommes, deux femmes, s’enfoncent dans la jungle. Le climat, les insectes, la fatigue, la menace des poursuivants… Tout concourt à rendre leur longue marche impossible. La forêt semble devoir se refermer sur eux. Et la cohésion du groupe est rongée par la fièvre de l’or…

Sensibiliser le grand public à la question de l’or illégal

Au-delà de la dimension  » film d’aventure exotique « , le film d’Eric Besnard met en lumière la recrudescence de l’exploitation aurifère illégale, drame social et environnemental qui continue de causer une forte pollution des fleuves, une profonde perturbation des modes de vie traditionnels, et des impacts irrémédiables sur de nombreuses zones de forêt primaire.

En effet, la principale technique utilisée par les exploitants illégaux pour récupérer l’or est encore basée sur l’emploi du mercure qui amalgame les particules d’or. L’amalgame est ensuite chauffé à haute température pour séparer les deux métaux. Pour récupérer 1kg d’or, 1,3 kg de mercure est employé par les illégaux, avec près de 30 % de pertes, rejetées dans le milieu naturel, essentiellement sous forme de vapeur atmosphérique. Plus de 10% s’échappe dans les cours d’eau de Guyane. Sous l’action de l’acidité de l’eau, le mercure se transforme en un dérivé dangereux : le méthyl-mercure.

Quelques chiffres sur l’or illégal

• la Guyane compterait plus de 500 chantiers illégaux et entre 5 000 et 8 000 travailleurs clandestins auraient été recensés selon le rapport Mansillon du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer , juin 2009
• la Guyane recèle encore un potentiel aurifère de 120 tonnes en or primaire et 15 à 20 ans de gisement alluvionnaire au rythme de son exploitation actuelle (IEDOM, 2006)
• aujourd’hui le cours de l’or n’a jamais été aussi haut dans toute son histoire (la valeur actuelle atteint ainsi 25 000 euros le kilo d’or avec une progression actuelle d’1 % / jour)

Quelques chiffres sur la biodiversité en Guyane

• 8 000 espèces de plantes ont été identifiées en Guyane
• en moyenne on retrouve dans 1 hectare de forêt guyanaise plus d’espèces de plantes que sur l’ensemble de l’Europe continentale
• le plateau des Guyanes abrite plus de 1 600 espèces de vertébrés connues, soit : 186 mammifères, 740 oiseaux, 159 reptiles, 110 amphibiens, 480 poissons et 400 000 espèces d’insectes…

Lire  » Des chercheurs du CNRS comme guides touristiques en Guyane « 

 » Le spectateur comprendra aussi que le seul enfer de cette région tropicale reste la fièvre cupide et incontrôlée de l’or. Et qu’en l’absence d’exploitation aurifère illégale, la forêt de Guyane continuerait d’offrir le cadre de vie idéal pour de nombreuses communautés d’origine et de culture diverses, riche d’une biodiversité amazonienne exceptionnelle, à l’attrait touristique unique parmi les territoires européens « , explique le WWF.

Lire  » Sortie au cinéma d’ « Orpailleur » : un film qui dénonce le fléau de l’exploitation illégale de l’or en Guyane « 

Lire  » « De la vitrine à la mine » : le WWF lance une campagne sur l’or illégal en Guyane « 

Emilie Villeneuve

Info+

• En 2005, 5 tonnes de mercure étaient rejetées annuellement dans le milieu naturel et 1,5 tonnes Hg par an dans les cours d'eau (État des lieux de l'exploitation de l'or en Guyane, mars 2005)

• 1 333 km de cours d'eau seraient directement impactés par le mercure (ONF 2006). A titre de comparaison, la Loire, de sa source à son embouchure, couvre 1 000 km de linéaire.

Alors l'or vert n'existe pas mais vous pouvez, à l'occasion de l'achat des alliances en or, poser trois questions au bijoutier :

-Savez-vous d'où vient l'or que vous proposez ?
-Savez-vous comment il a été produit ?
-Qu'est-ce qui me garantit qu'il a été respecté, de la mine à la vitrine, des standards exigeants en matière environnementale et sociale ?


Partagez cet article