Accueil / Articles / Eco tourisme et loisirs nature / Sortie du film "Océans" au cinéma : un hymne à la mer et à la beauté du monde
événementloisirspédagogie

Sortie du film "Océans" au cinéma : un hymne à la mer et à la beauté du monde

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

Devenez poisson parmi les poissons et laissez vous émerveiller par la richesse et la beauté du monde marin à travers ce film époustouflant.

« L’Océan ? C’est quoi l’Océan ? »

« L’Océan ! C’est quoi l’Océan ? » demande un enfant au début du film. C’est en s’interrogeant sur l’empreinte que l’homme impose à la vie sauvage que le film répond par l’image et l’émotion à la question.

Filer à 10 noeuds au coeur d’un banc de thons en chasse, accompagner les dauphins dans leurs folles cavalcades, nager avec le grand requin blanc épaule contre nageoire…avec « Océans », vous allez devenir poisson parmi les poissons, pour mieux découvrir et comprendre la richesse du monde marin.

Après « Le peuple migrateur », Jacques Perrin et Jacques Cluzaud nous entraînent, grâce à des techniques de tournage inédites, au coeur des océans à la découverte de créatures marines méconnues et ignorées.

Jacques Perrin déclare ainsi :  « Progressivement, l’homme s’est aventuré sur la mer. Ses découvertes furent autant de conquêtes. Naviguant au-dessus d’un monde mystérieux, il n’en soupçonnait pas l’infinie richesse et diversité. Si les secrets océaniques ont fasciné les explorateurs, ils ont aussi fait naître les convoitises. On n’a jamais tant découvert, on n’a jamais tant agressé. Et pourtant, la mer est encore un immense territoire sauvage. Les portes océanes offrent toujours des espaces de liberté illimités.  L’histoire naturelle des espèces cachées dans la mer est un merveilleux conte du vivant… »Océans » n’est pas un documentaire mais un opéra sauvage. Chaque plongeur cameraman, chaque opérateur a apporté des fragments de la partition : celle d’un hymne à la mer. »

« Océans » sort en salle demain!

Plus d’infos sur le site oceans-lefilm.com.

Un conte fantastique, magique… et engagé

Le réalisateur du film, Jacques Cluzaud, nous raconte comment et pourquoi ce film a été conçu :

« Pour tenter de raconter l’histoire des océans, nous avons cherché à ouvrir d’autres portes que celles des statistiques : celles d’un conte fantastique et magique, des merveilles du petit monde du récif corallien, de l’héroïsme des dauphins en pleine charge, des danses gracieuses des baleines à bosse et des seiches géantes, de l’horreur des agressions faites aux océans et à leurs créatures, de l’incroyable spectacle de la mer déchaînée dans une tempête titanesque, du silence d’un muséum des espèces disparues

Comme pour « Le peuple migrateur », deux familles de cinéastes se sont réunies ; des spécialistes du monde animalier aux cotés d’autres issus de la fiction pour qu’ au-delà du documentaire, « Océans » devienne tout simplement un film de cinéma.

Quatre années de tournage nous ont menés en des lieux bien particuliers de notre planète que l’on pourrait classer en deux grandes catégories : ceux où la vie semble s’exprimer telle qu’elle le fit pendant des milliers, voire des millions d’années et ceux où manifestement l’ordre de la nature a sérieusement changé. La mer d’abondance que nous cherchions n’existe plus dans les endroits mis à mal par les activités des hommes : surpêche, pollution, côtes bétonnées…Comme une poignée de confettis jetés sur la planète, il reste ça et là des sanctuaires ; des espaces protégés où la vie s’exprime, ou bien renaît, avec ténacité et vigueur.

Le film a été tourné avec l’espoir qu’il ne s’agisse pas là du reflet d’une diversité révolue mais d’une vie tenace, toujours renaissante, sauvage et libre. »

Une forte mobilisation autour du film

Le film « Océans » est soutenu par de nombreuses associations de défense de la nature et de la biodiversité. Plusieurs responsables de ces associations nous livrent leurs impressions sur le film :

 » « Le monde du silence » de J.Y. Cousteau et Louis Malle avait sidéré les « terriens » en les faisant basculer de l’autre côté du miroir. Le film de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, nous bouleverse en révélant la majesté de la vie marine que nous avons blessée avant de l’avoir rencontrée et comprise ». François Sarano, Président fondateur de Longitude 181 Nature

« Le film « Océans » représente l’éclosion de notre prise de conscience ». Laurent Debas, Président co-fondateur de Planète Mer

« L’Océan est le sang de la vie et le lieu de naissance de toute vie sur la planète ; si la diversité de la mer diminue, nous mêmes en subirons les effets, si l’océan venait à mourir, nous mourrons tous. Vous pouvez appeler notre planète la terre, mais la réalité est que la plus grande partie de la surface de notre globe est recouverte par le mystérieux manteau sombre et bleu de la mer. Mon fervent espoir est que ce film puisse aider à motiver et à prendre conscience à quel point nos océans sont précieux et combien la protection de la mer est une cause majeure« . Aul Watson, fondateur de la Sea sheperd foundation

« Le Septième Art constitue l’une des plus belles formes d’expression pour sensibiliser le Grand Public à l’enjeu majeur que constitue la préservation des océans pour les générations futures. Puisse le film servir également d’électrochoc pour que les pouvoirs publics prennent enfin la mesure de l’urgence« . Yvon Le Maho, Directeur de recherche en biologie marine au CNRS

« Il y a plus de 20 ans J. Y. Cousteau affirmait déjà: « il faut arrêter les discours catastrophiques sur l’écologie, c’est en les émerveillant que l’on convaincra les gens de l’importance de protéger notre planète ». Le film « Océans » vous fera franchir de nouvelles limites et vous entraînera au-delà de ce que vous pensiez possible à la découverte des splendeurs océanes« . Denis Ody, Responsable de la mission océans et côtes pour WWF France

Rendez-vous dans les salles de cinéma à partir de demain pour découvrir ce merveilleux film, hymne exceptionnel à la beauté du monde.

Christina Vieira

A lire aussi : The Cove, la Baie de la Honte : le massacre des dauphins présenté par Luc Besson

Partagez cet article