Accueil / Articles / Environnement / Thon rouge : Tokyo engage un bras de fer
Poissons

Thon rouge : Tokyo engage un bras de fer

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

Tandis que l'Union européenne a décidé de suivre les États-Unis en déclarant mercredi 10 mars 2010 soutenir une interdiction du commerce international du thon rouge, le Japon a annoncé aujourd'hui qu'il s'opposerait à l'interdiction du commerce de cette espèce au niveau mondial.

Le Japon est bien décidé à contrer toute interdiction du commerce international du thon rouge, quitte à contredire l’avis des experts.

« L’objectif de la Convention de Washington (ou CITES: l’organisation affiliée à l’ONU chargée de la protection des espèces en danger) est de protéger les espèces en danger et d’empêcher leur extinction, mais je ne pense pas que le thon rouge entre dans cette catégorie », a déclaré le porte-parole du gouvernement japonais Hirofumi Hirano.

Rappelons que d’après les chercheurs du SCRS, Comité scientifique de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT), la population du thon rouge de l’Atlantique, stocks Ouest et Est confondus, a décliné en dessous de 15 % de la biomasse d’origine. Le thon rouge entre donc pleinement dans les critères permettant l’interdiction internationale du commerce de l’espèce (Annexe I). Celle-ci n’aurait qu’une chance sur deux de sortir de la zone rouge dans laquelle la surpêche l’a entraînée, même avec un moratoire de dix ans.

Lire « Les scientifiques attestent que le thon rouge doit être interdit« 

L’Union européenne a ainsi décidé hier à Bruxelles de soutenir les Etats-Unis en se prononcant pour l’interdiction du commerce international de l’expèce.

Lire « Thon rouge : les mailles du filet se resserrent « 

 » Cependant, à la différence de la proposition de Monaco, l’Union européenne souhaite une entrée en vigueur différée au mois de mai 2011, ce qui empêchera tout de même la flotte industrielle d’exporter du thon rouge l’année prochaine, souligne le WWF. L’Europe doit désormais mettre en marche sa diplomatie pour obtenir la majorité des 2/3 à Doha et contrer le Japon qui a annoncé qu’il mettrait tout en oeuvre pour empêcher l’inscription « .

Tokyo s’opposera ainsi aux ambassadeurs des 27 pays européens lors de prochaine réunion de la CITES qui s’ouvre samedi prochain à Doha au Qatar.

Lire « Thon rouge : Tokyo s’oppose à l’interdiction du commerce international prônée par l’UE« 

Emilie Villeneuve

Partagez cet article