Accueil / Articles / Eco tourisme et loisirs nature / Un nouveau film écologiquement engagé au Brésil pour James Cameron
événement

Un nouveau film écologiquement engagé au Brésil pour James Cameron

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

Le réalisateur d'"Avatar", James Cameron, se rendra d'ici la fin d'année au Brésil pour tourner un film en 3D sur une tribu indienne menacée qui s'oppose à la construction d'un barrage géant dans la forêt amazonienne.

Le cinéaste canadien continue ainsi de soutenir la lutte des populations indiennes pour la sauvegarde de leur environnement, notamment les opposants à la construction du gigantesque barrage de Belo Monte sur le fleuve Xingu, destiné à devenir le troisième plus grand barrage au monde (11 000 mégawatts), derrière celui des Trois Gorges en Chine (18 000 mégawatts) et celui d’Itaipu (14.000 mégawatts) à la frontière brésilo-paraguayenne.

Un projet qui n’est « pas économiquement viable » selon ses opposants (les indigènes, l’Eglise et les écologistes) qui ont peur de voir le déplacement de 16 000 personnes en raison de l’inondation d’une zone de 500 kilomètres sur les berges du Xingu. Les populations locales craignent un futur désastre écologique même si le gouvernement assure qu’aucune terre indigène n’est menacée grâce aux millions dépensés pour réduire l’impact social et écologique du barrage.

Lire  » Amazonie et Pandora, même combat pour James Cameron et son avatar « 

 » Je souhaite revenir pour rencontrer certains leaders Kayapo-Xikrin de la vallée du fleuve Xingu, qui m’ont invité. Je veux emporter une caméra 3D pour filmer leur vie, leur culture; certaines choses n’ont peut-être jamais été filmées et encore moins en 3D », a déclaré James Cameron dans une interview au quotidien Folha de Sao Paulo.

Il a également annoncé que des images, déjà tournées dans cette région et destinées à la réalisation d’un « court documentaire », seront inclus dans la prochaine édition du DVD d’ « Avatar », qui sera lancé pour Noël.

Emilie Villeneuve

A lire aussi : Le combat contre le réchauffement climatique menace les peuples indigènes

Info+

Sans attendre l'autorisation formelle de l'institut brésilien de l'Environnement, le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a signé fin août le contrat de concession de travaux publics pour le barrage de Belo Monte, évalué à 11 milliards de dollars.

Partagez cet article