Accueil / Articles / Alimentation bio / Vins bio : un succès grandissant !
vinviticulteurs

Vins bio : un succès grandissant !

Avatar photo

Mis à jour le

Publié le

Par Bioaddict

Les viticulteurs français sont chaque année plus nombreux à s'orienter vers le mode de production biologique. En 14 ans, de 1995 à 2009, les surfaces de vignes conduites en bio ont été multipliées par 8 ! Vins rouges, blancs et rosés, champagnes, mousseux et crémants, moelleux et liquoreux : tous les types de vins peuvent être produits à partir de raisins bio.

La viticulture bio : un secteur en pleine expansion

De plus en plus de vignes bio en France

La filière viticole biologique est l’une des filières végétales les plus dynamiques au niveau français. Elle connait ainsi une forte croissance depuis 2006 avec un taux de croissance annuel des surfaces conduites en mode de production biologique de plus +20%. Cette croissance a même atteint un nouveau record en 2009 avec +39% de surfaces en mode de production biologique par rapport à 2008. Le nombre d’exploitations engagées en bio a augmenté de plus de 31% en une année (3 024 exploitations fin 2009).

Cette forte progression résulte notamment d’une très nette reprise de la dynamique de conversion (+73% en surfaces) au niveau de tous les vignobles français. Néanmoins, ce dynamisme de conversion varie selon les régions françaises en fonction de l’importance de la filière viticole par rapport aux autres productions agricoles, et de la conjoncture viticole.

Les trois principales régions viticoles, qui regroupent plus des 2/3 des surfaces en vigne certifiées et en conversion, connaissent une forte progression : Languedoc-Roussillon (12 661 ha, +52% par rapport à 2008), Provence-Alpes-Côte d’Azur (8 981 ha, +35%) et Aquitaine (5 464 ha, +45%). La progression est également très forte en Midi-Pyrénées (+64%), en Rhône-Alpes (51%) et en Bourgogne (+43%).

Toutes les régions viticoles françaises sont représentées, petits et grand domaines, ainsi que toutes les catégories de vins. Dans certaines appellations, les viticulteurs sont spécialement impliqués, à tel point que, par exemple, 30% des producteurs de l’AOC Saussignac ont des vignes en production bio ainsi que la quasi totalité dans l’AOC des Baux de Provence.

Quelles perspectives pour le secteur ?

Compte tenu de la forte tendance à la conversion observée depuis 3 ans dans la filière viticole (moyenne annualisée depuis 3 ans de +25%/an), le vignoble bio national est appelé à doubler d’ici 2012 si le taux de conversion moyen se situe au dessus de 26% par an. A titre strictement indicatif, les informations disponibles amènent à estimer à environ 680 000 hectolitres les volumes de vins produits en 2009 à partir de raisins certifiés biologiques. Considérant les surfaces actuellement en conversion, les volumes disponibles devraient au terme de la période de conversion plus que doubler à l’horizon 2012, indépendamment de toute considération liée aux aléas climatiques.

A lire aussi : Le vert et le vin : du vin bio sinon rien !

La viticulture bio préserve l’environnement

La viticulture bio est régie par le cahier des charges de l’agriculture biologique

L’agriculture biologique est un mode de production spécifique, caractérisé notamment par :

• la non-utilisation de produits chimiques de synthèse et d’organismes génétiquement modifiés (OGM),
• le recyclage des matières organiques,
• la lutte biologique, basée notamment sur des méthodes préventives.

Ce mode de production, respectueux de l’environnement, permet d’entretenir et d’améliorer la fertilité et la structure des sols, favorise la biodiversité et contribue à préserver la qualité de l’eau et de l’air.
Il est régi par les règlements européens (CE) n°834/2007 et (CE) n°889/2008.

La viticulture bio : pour des sols vivants et fertiles

 » Nourrir le sol pour nourrir la plante  » : ce principe de l’agriculture biologique prend tout son sens pour la vigne, où la notion de terroir est essentielle. Le viticulteur bio fertilise ainsi la vigne avec du compost et des engrais verts. Afin de la protéger des maladies et des petits ravageurs, il applique des méthodes préventives, utilise des substances naturelles ou a recours à la lutte biologique.
Un des objectifs prioritaires du viticulteur bio est de renforcer les défenses naturelles de la vigne, afin de la rendre plus résistante aux aléas extérieurs (variations climatiques, maladies…).

En agriculture biologique, une attention toute particulière est portée à la vie des sols. Des techniques innovantes et/ou traditionnelles, et surtout le travail de l’homme, remplacent les produits chimiques de synthèse.

Voici quelques exemples de pratiques :

• paillage, ou bien mulch sous le rang de vigne,
• enherbement naturel ou maîtrisé de l’inter-rang, un rang sur deux ou intégralement,
• enherbement des chemins viticoles et des tournières,
• désherbage mécanique par labours ou par interceps, sarclages manuels…

Le viticulteur biologique permet le développement en profondeur des racines de la vigne, afin que celle-ci puise tous les minéraux dont elle a besoin pour une croissance équilibrée et régulière des rameaux et des raisins, gage de qualité pour le vin.

Grâce aux méthodes de l’agriculture biologique, la biodiversité des sols, la diversité des levures, les organismes vivants jouant un rôle fondamental dans la qualité des vins, et l’expression des terroirs, sont en effet assurées.

Vins bio : repères et garanties

Comment reconnaître un vin issu de raisins bio ?

Un vin issu de raisins bio est obligatoirement identifié par les mentions suivantes :
–  » Vin issu de raisins de l’agriculture biologique « ,
– La référence à l’organisme certificateur.

Le viticulteur peut commercialiser ses vins sous cette mention après une période de conversion de trois ans. Pendant ces trois ans, le cahier des charges de l’agriculture biologique doit être strictement respecté.

A partir de la 2ème récolte en conversion, le viticulteur a la possibilité de mentionner sur ses bouteilles  » vin issu de raisins en conversion vers l’agriculture biologique « .
Depuis le 1er janvier 2005, le logo AB peut être apposé sur les bouteilles de vins issus de raisins bio.

Des contrôles stricts et systématiques

Le cahier des charges de l’agriculture biologique impose notamment:

‐ la certification du raisin par un organisme certificateur agréé par les Pouvoirs publics pour sa compétence, son indépendance et son impartialité,
‐ des contrôles stricts et systématiques dans les vignes et dans les caves assurant notamment une parfaite traçabilité,
‐ des prélèvements et analyses en tant que de besoin.

Aujourd’hui, la réglementation européenne qui réglemente la production de raisins biologiques ne couvre pas encore la vinification. On ne peut donc pas parler de « vin bio » mais de « vin issu de raisins de l’agriculture biologique« .

Lire : L’Europe n’aura pas de vins bio

La vinification : des pratiques volontaires

Pour être cohérents avec leur choix de cultiver leurs vignes suivant les règles de l’agriculture biologique, les vignerons bio ont à coeur de respecter la qualité biologique de leurs raisins tout au long de la vinification, de la conservation et du conditionnement des  » vins issus de raisins bio « .

Ainsi, bon nombre de viticulteurs et vignerons bio ont choisi de se conformer volontairement à un référentiel ou à une charte privés, applicables au vin issu de raisins biologiques (Charte FNIVAB, Biodyvin, Demeter, Nature et Progrès…). Parmi les référentiels et chartes les plus connus figurent l’agriculture biodynamique et la marque Demeter, ainsi que la  » Charte FNIVAB «  (Fédération Nationale Interprofessionnelle des Vins de l’Agriculture Biologique).

L’agriculture biodynamique complète ainsi l’agriculture biologique de pratiques spécifiques comme la prise en compte des influences des astres (lune, soleil, planètes,…) et la fabrication et l’utilisation de  » préparations biodynamiques « . La marque Demeter ne peut s’appliquer qu’aux vins issus de raisins de l’agriculture biodynamique.

Elle fixe des règles de vinification, d’élevage et de conservation afin de préserver, voire de renforcer la qualité du raisin biodynamique. La charte de la FNIVAB établit des règles de transformation du raisin bio en vin au cours de la vinification, de l’élevage et du conditionnement.

Le vin biologique connait depuis peu un fort succès auprès des consommateurs qui recherchent des produits naturels, authentiques et éco-citoyens. Si le vin bio n’existe pas ( les vins peuvent être aujourd’hui commercialisés avec la mention « raisin issu de l’agriculture biologique », mais le concept « bio » ne s’étend pas à leur processus de fabrication), les producteurs qui sont dans cette mouvance ont cependant une conception très artisanale de leur métier avec un strict respect du vivant tout au long de l’élaboration du vin. En attendant qu’une législation se mette en place, la viticulture bio est ainsi en pleine expansion, et c’est tant mieux !

Lire : L’Europe n’aura pas de vins bio

Suivez les guides des meilleurs vins bio français 2010

Mathilde Emery

Info+

La viticulture bio : source d'emplois

L'agriculture biologique emploie de 20 à 30% de main d'oeuvre supplémentaire par rapport à l'agriculture conventionnelle. Elle participe à l'aménagement et à la valorisation des territoires ruraux.

" Comme je n'utilise pas de désherbant, je passe trois à quatre fois plus de temps à travailler le sol, afin de retirer l'herbe qui pousse au pied des vignes. Par conséquent, j'emploie saisonniers et salariés du groupe d'exploitants auquel j'adhère pour la taille et l'ébourgeonnage. " Jean-François, viticulteur bio dans le Maine et Loire.

" Les vins issus de raisins bio ont un côté honnête, juste et authentique. Je pense qu'il est important qu'un vin se rapproche au maximum du mode de production biologique car celui-ci permet à un terroir de s'exprimer pleinement. Les " vins bio " sont également appréciables pour leur digestibilité. "

Serge Dubs, meilleur sommelier du Monde en 1989

Vins rouges, blancs et rosés, champagnes, mousseux et crémants, moelleux et liquoreux: tous les vins peuvent être issus de raisins de l'agriculture biologique !

Les vins issus de raisins bio existent dans toutes les gammes de prix et dans tous les contenants (bouteille de 50cl, de 75cl, cubitainer, Bag In Box, vrac...).

Ils sont présents dans tous les lieux de distribution : vente directe chez le viticulteur, marchés, magasins spécialisés, grandes surfaces, cavistes, sur Internet...et même dans de nombreux restaurants.

Charte des vins issus de raisins de l'agriculture biologique de la FNIVAB (Fédération Interprofessionnelle des Vins de l'Agriculture Biologique)

La Charte porte sur toutes les étapes de la vinification, depuis la récolte jusqu'à l'embouteillage, en passant par les produits, les pratiques et le matériel employés, les techniques de conservation, l'hygiène et le transport.

La traçabilité, obligatoire pour l'ensemble des produits alimentaires depuis 2005, y est aussi abordée.

Les produits employés doivent être garantis sans OGM (levures de vinification notamment), d'origine biologique lorsque cela est possible (oeufs pour le collage, sucre pour les vins effervescents...), et les teneurs en SO2 sont limitées pour chaque type de vin (allant de 100 à 360 mg/l contre 150 à 400 mg/l pour la réglementation générale).

Certains produits comme le phosphate d'ammonium et la thiamine ne sont pas autorisés.

Pour en savoir plus : www.fnivab.org

Partagez cet article