Bioaddict



L'aluminium : un additif toxique dans nos aliments

 
L'aluminium est un des métaux lourds les plus dangereux pour notre santé. Il est pourtant présent dans beaucoup d'aliments. Et dans bien d'autres produits de consommation courante.

L'aluminium se retrouve dans nos assiettes en tant qu'additif alimentaire . Il est utilisé pour améliorer la conservation, la texture, mais aussi la couleur des produits.
La mise sur le marché de ces produits ne peut se faire qu'avec l'aval des Autorités sanitaires qui définissent une dose journalière admissible calculée à partir d'un schéma moyen de consommation. Or, cette dose est bien souvent dépassée puisqu'il s'agit d'une moyenne. Par Ailleurs beaucoup de consommateurs ont des tendances monophagiques, c'est-à-dire qu'ils ont tendance à consommer beaucoup du même produit augmentant ainsi la dose toxique absorbée. " Et si plusieurs types d'additifs sont absorbés au cours d'un même repas certains peuvent devenir beaucoup plus actifs et toxiques par une simple association de molécules ". (Dr Laurent Chevallier.......)

Selon l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), certains consommateurs peuvent absorber 2,3 mg/kg par semaine, soit plus de 2 fois la dose tolérable par l'être humain ! Et l'EFSA souligne que cette dose est déjà dépassée dans une proportion significative de la population européenne.


Une utilisation multiple


Les produits aluminiques sont diversement utilisés notamment pour le traitement de l'eau, la fabrication d'additifs alimentaires et de colorants ou encore de produits pharmaceutiques, mais également de cosmétiques , d'ustensiles et matériaux d'emballage de produits alimentaires.

La principale voie d'exposition à l'aluminium pour la population est cependant celle de l'alimentation.


Toxicité prouvée

Dés 2003, l'InVS, l'Institut de veille sanitaire, publiait un rapport spécifiant que " de nombreuses études montrent que l'aluminium peut être toxique pour les plantes, les animaux et l'homme ".
Après absorption, l'aluminium se répartit dans les tissus chez les animaux et chez l'homme et s'accumule dans certains d'entre eux, en particulier dans les os. L'aluminium peut pénétrer dans le cerveau, ou encore atteindre le placenta et le foetus. Les composés contenant de l'aluminium peuvent affecter le système reproducteur mâle. Ils sont encore embryotoxiques, c'est-à-dire qu'ils peuvent affecter le système nerveux du foetus.
L'aluminium peut persister pendant très longtemps dans divers organes et tissus avant qu'il ne soit excrété dans l'urine.
L'aluminium présente aussi une neurotoxicité pouvant entraîner la maladie d'Alzheimer (on retrouve notamment une présence plus importante d'aluminium dans le cerveau de ces malades) ainsi que d'autres maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson.
L'aluminium peut également provoquer : nausées, vomissements, manques d'appétit, gastrite, ulcère d'estomac.


Les produits concernés


Selon l'EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments), la dose hebdomadaire tolérable pour un être humain est de 1mg d'aluminium/kg par semaine.

La plupart des denrées alimentaires non transformées contiennent habituellement moins de 5 mg d'aluminium/kg.

Des taux moyens de 5 à 10 mg/kg sont souvent observés dans les produits alimentaires transformés : pains, gâteaux et pâtisseries industriels (les taux les plus élevés étant dans les biscuits), mais aussi dans certains légumes (champignons, épinards, radis, laitue, ...), les fruits glacés, les produits laitiers, les saucisses, les abats, les coquillages, les aliments riches en sucre , les préparations à cuir au four et une majorité de produits farineux et de farines.

Les denrées alimentaires à très fortes concentrations moyennes en aluminium comprennent les feuilles de thé, les herbes, le cacao et les produits à base de cacao, ainsi que les épices.

Les produits qui comportent la plus grande exposition alimentaire à l'aluminium sont les céréales et les produits à base de céréales , les légumes , les boissons et certaines préparations pour nourrissons.

Pour exemple, l'exposition potentielle chez les nourrissons nourris au sein a été estimée à moins de 0,07 mg/kg par semaine alors que l'exposition peut atteindre 1,1 mg/kg par semaine pour des préparations pour bébé à base de lait ou de soja pour des produits de grande consommation.

" L'absorption d'aluminium par le régime alimentaire se fait principalement via les céréales et les produits à base de céréales (pain, gâteaux, biscuits et pâtisseries), les légumes (champignons, épinards, radis et laitues), les boissons (thé et cacao) et certaines préparations pour nourrissons. L'eau potable ne représente qu'une source mineure d'exposition. Certains médicaments et produits de consommation contenant des composés d'aluminium peuvent constituer une exposition supplémentaire. " (Dr Sue Barlow, présidente du groupe scientifique AFC - EFSA, le 5 septembre 2008 - aluminium alimentaire et santé, Nutrimarketing SA)