Pollution

Pourquoi il ne faut pas jeter les lingettes dans les toilettes

Les utilisateurs de lingettes désinfectantes, démaquillantes ou d'hygiène pour bébé sont encore trop nombreux à les jeter dans les toilettes après utilisation au lieu de les mettre à la poubelle ! Voici les conséquences qu'engendre ce petit geste qui est loin d'être anodin.

Les lingettes désinfectantes sont souvent utilisées pour faire un ménage rapide dans la cuisine, la salle de bain ou encore les toilettes (et même un peu partout maintenant avec la crise sanitaire liée au coronavirus). Les lingettes démaquillantes, nettoyantes et d'hygiène pour bébé sont également de plus en plus sollicitées par les consommateurs qui aiment leur aspect pratique et leur utilisation rapide. Le problème est que beaucoup jettent ces lingettes dans les toilettes après utilisation au lieu de les mettre à la poubelle ! Voici pourquoi il va falloir changer de réflexe :

"En dépit de l'affichage des fabricants sur les emballages (cuvettes barrées) trop de lingettes sont encore jetées, par réflexe, dans les toilettes. C'est une erreur, car en dépit des mentions "biodégradables" elles ne se dissolvent pas comme du papier toilette. Résultat, elles provoquent des bouchons dans les canalisations et des pannes dans les stations d'épuration.

"Ces lingettes sont un véritable fléau pour notre système d'assainissement que nous avions déjà dénoncé en mars 2020 suite au cri d'alarme des entreprises de l'eau qui nous informaient que près des trois-quarts de leurs interventions de terrain concernaient le débouchage de canalisations d'eaux usées, à cause des lingettes ! C'est autant de temps et d'énergie gaspillés pour celles et ceux qui, chaque jour, assurent la continuité de la distribution d'eau et de la dépollution des eaux usées !" alerte Nathalie Davoisne du Centre d'information sur l'eau.

En effet, les lingettes jetables qui sont jetées dans les toilettes peuvent s'accrocher à des coudes, des jonctions ou des obstacles présents dans les canalisations, puis s'accumuler et former des masses compactes et très solides qui s'agglomèrent avec d'autres produits qui ne sont pas non plus prévus pour être jetés dans les toilettes comme les cotons-tiges, les protections menstruelles ou les couches pour bébé. Ces masses compactes bouchent les canalisations et les pompes.

La maintenance et le dépannage des installations obstruées, ainsi que l'élimination des déchets récupérés dans les stations d'épuration des eaux usées, ont un coût estimé entre 500 millions et 1 milliard d'euros par an pour l'Union européenne. Ces frais sont répartis entre tous les consommateurs et répercutés sur leur facture d'eau, qu'ils utilisent ces produits ou non.

Par ailleurs, l'étude Zerowaste sur l'impact des produits à usage unique révèle que si les lingettes sont pratiques, ces petits textiles contiennent du plastique et sont imprégnés de lotions qui, une fois jetés dans les wc, engendrent des pollutions dans l'eau et l'air. C'est particulièrement le cas des lingettes à usage ménager qui contiennent des biocides.

Un volume de déchet considérable et une source de pollution

En 2017, environ 68 milliards de lingettes jetables individuelles ont été consommées dans l'UE-28 (soit une consommation annuelle de 130 lingettes jetables par personne, en moyenne). Cela correspond à 511 000 tonnes de déchets (1 kg de lingettes jetables par personne par an), en supposant qu'une lingette jetable pèse 7,5 grammes, révèle l'étude Zerowaste.

Les lingettes jetables comptent parmi les 10 produits à usage unique en plastique que l'on retrouve le plus fréquemment dans l'environnement marin. Car oui, tout ce que vous jetez dans vos toilettes, après être passé par le système d'évacuation des eaux usées, finit par se retrouver dans la mer et sur les plages !

Zerowaste explique : "Les lingettes (et protections menstruelles à usage unique) sont fabriquées à partir de plastique et de cellulose non tissée. C'est pour cette raison qu'elles ne se décomposent pas totalement dans les eaux usées qui circulent dans les égouts. Sur le marché, beaucoup d'emballages de lingettes indiquent "peut être jeté aux toilettes" ou "biodégradable", pourtant ces produits échouent aux tests industriels de désintégration de l'eau et continuent à poser des problèmes en bout de ligne. De plus, ils relâchent dans les eaux usées un volume important de microplastiques (de petites particules de déchets plastiques mesurant moins de 5 mm de diamètre) et d'additifs chimiques potentiellement toxiques, tels que les phtalates et les parabènes, qui polluent l'environnement et tous les êtres vivants qui s'y trouvent."

[media]

De plus, avant d'arriver dans la mer, lors d'orages notamment, tous les débordements résultant de niveaux d'eau élevés auxquels s'ajoute l'eau de pluie dans les systèmes d'égouts combinés sont ensuite rejetés dans les cours d'eau. La pollution ne reste ainsi pas dans les égouts mais peut se répandre partout...

Nos toilettes ne sont pas des poubelles

Nathalie Davoisne appelle au civisme de chacun d'entre-nous : "Faisons en sorte, chacun à notre échelle, de réduire les risques d'encombrement des canalisations : nos toilettes ne sont pas des poubelles, alors, n'y jetons plus nos lingettes ! Un simple geste solidaire et citoyen".

Même si vous les jettez à la poubelle, privilégiez surtout les lingettes bio, moins toxiques pour votre santé et l'environnement. Pour bébé, la marque Love & Green propose des lingettes bio 100% végétales, compostables et "made in France". Pour le ménage, les lingettes Maison Verte sont en fibre de cellulose biodégradable.

Les lingettes jetables... un produit dont il est facile de se passer !

Parce que le meilleur déchet est celui qui n'existe pas, la meilleure solution est encore de ne plus utiliser de lingettes jetables. Par quoi les remplacer ? Tout simplement par une éponge pour faire son ménage ! Optez pour les éponges lavables et réutilisables Another Way en coton bio.

Et dans la salle de bain, pour votre hygiène et celle de bébé, choisissez des carrés en coton bio lavables et réutilisables (on en trouve maintenant partout, dans les grandes enseignes comme dans les magasins bio) ou encore des gants de toilette. Des solution zéro déchet écologiques et économiques !

Mathilde Emery

Crédit photo @Maridav