Bioaddict



4 bonnes raisons de manger moins de viande

Publié Le 20 Mars 2014 à 16h01
 
Le 20 mars 2014 a lieu la Journée Internationale sans viande. Une journée idéale pour s'informer, franchir le pas et adopter un régime végétarien ? Voici 4 bonnes raisons de freiner voire d'arrêter sa consommation de viande.
1/6

1/ Manger moins de viande permet de lutter contre la faim dans le monde

Plus d'un tiers des récoltes céréalières dans le monde est destinée... à nourrir les animaux et non les humains. En effet, pour " produire " 1 kg de boeuf, 7 à 10 kg de céréales seront nécessairement utilisés, et 15 500 litres d'eau seront nécessaires.  Un boeuf " fournira " 1500 repas alors que les céréales consommées durant sa courte vie auraient pu en fournir 18000. Ainsi, si les hommes étaient nourris à la place des animaux d'élevage, la faim dans le monde ne sévirait plus.

2/3 des terres agricoles françaises sont destinées à l'alimentation animale, que ce soit en pâturages ou en cultures de plantes pour l'alimentation des animaux. 35,5% du volume des céréales produites dans le monde sert à nourrir les animaux d'élevage. 70% des terres à usage agricole dans le monde sont, directement ou indirectement, consacrées à l'élevage. (source : www.viande.info)

En moyenne, par an, un végétarien consomme directement pour s'alimenter quelque 180 kg de céréales tandis qu'un consommateur de viande en gaspille indirectement 930 kg.

"Rien qu'en France, chaque jour, plus de 3 millions d'animaux, soit plus d'un milliard par an, sans tenir compte des animaux aquatiques comptabilisés en tonnes, sont abattus pour la consommation humaine. Soit environ 65 milliards par an à travers le monde", précise un porte-parole d'International Campaigns, collectif pour les droits des animaux qui relaie et anime la Journée Sans Viande en France depuis 2006.

2/ Manger moins de viande permet d'être en meilleure santé

La consommation de viande apparaît aujourd'hui comme un véritable problème de santé publique. Selon plusieurs études, la consommation de viande favorise indiscutablement le diabète, l'obésité, élève de manière notoire le risque de certains cancers et favorise les infarctus. De plus, d'impressionnantes quantités d'antibiotiques et autres produits chimiques sont administrées aux animaux dans les élevages et ont une répercussion dramatique sur le consommateur humain en bout de chaîne, et sur l'environnement.

Le Professeur Colin Campbell, Professeur émérite en Biochimie Nutritionnelle à l'Université Cornell et le Dr. Caldwell Esselstyn, chirurgien de renom à la célèbre Cleveland Clinic, ont ainsi prouvé dans leurs études que les pathologies dégénératives, les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, et plusieurs formes de cancer pourraient presque toujours être évités, voire guéris, en adoptant un régime alimentaire basé sur les produits non-transformés d'origine végétale.

Lire l'article : Cancer, diabète, maladies cardiovasculaires : un régime végétarien pour guérir

3/ Manger moins de viande permet de protéger l'environnement

La viande est la gangrène de notre planète qui s'étouffe et suffoque sous des quantités effroyables de méthane et de lisiers qui polluent de manière irrémédiable l'air que nous respirons ainsi que les nappes phréatiques, indispensables à l'alimentation des sources en eau potable.

À lui seul, l'élevage est responsable de la plus importante émission de gaz à effet de serre dans le monde. Il précipite le réchauffement climatique et pollue davantage que tous les modes de transport réunis.

En outre, les animaux étant majoritairement nourris avec des céréales et des tourteaux de soja (OGM et bourrés de pesticides), d'importants stocks de ce végétal sont notamment cultivés en Amazonie (où la forêt est massivement défrichée et condamnée pour la culture de cette légumineuse et transformée en pâturages) et en Asie puis acheminés vers des pays tiers, contribuant ainsi directement à la dégradation de l'environnement.

4/ Manger moins de viande permet de protéger le bien-être animal

Savez-vous que la plupart des animaux victimes de l'industrie de la viande sont des animaux jeunes, voire très jeunes ? Ainsi, les cochons sont abattus vers l'âge de 6/7 mois, quand ils auraient pu vivre environ 15 ans. La durée de vie d'un veau est généralement de 5 mois. Leur mère, les vaches, pourraient vivre environ 20 ans, mais elles sont abattues vers l'âge de 5 ans. Les poules ont une espérance de vie d'environ 8 ans mais sont tuées à environ 1 an ½. Les animaux, qui sont de plus souvent élevés dans des conditions déplorables, sont abattus dés qu'ils deviennent moins productifs, ou qu'ils ont atteint le poids satisfaisant pour l'éleveur.

20 mars : Journée Internationale sans viande

A l'heure où la consommation de viande est ainsi de plus en plus remise en cause et décriée, la Journée Sans Viande (JSV et campagne "MeatOut" en anglais), une campagne internationale à caractère laïque se déroulant chaque année le 20 mars ou alentour avec le retour du printemps, donne lieu à travers le monde à de nombreuses actions d'information et de sensibilisation aux multiples conséquences de la consommation de viande.

Cette manifestation annuelle organisée par l'organisation américaine FARM est une campagne internationale destinée à encourager une évolution vers un régime éthique et équilibré végétal (à base de céréales et de légumineuses et de fruits et légumes) en faisant la promotion du large choix d'alternatives à la viande.

Chaque année sont ainsi organisés partout dans le monde des stands de dégustation de nourriture vegan (100% végétale), des actions d'information sur les différentes motivations éthiques pour ne plus manger de viande, des conférences, des cours de cuisine et des repas végétariens et végétaliens.

Pour l'édition 2014 de la Journée Sans Viande animée en France par le collectif International "Campaigns" et relayée par de nombreuses associations locales, de nombreux stands de sensibilisation auront lieu le 20 mars ainsi que le week-end du 22 mars 2014 à travers la France.

Voir le planning des animations sur le site www.journee-sans-viande.info

Mathilde Emery




Acceuil Biomap
Baramel, gâteaux bretons bio
Ets La Messuzière Alimentation bio Petit producteur bio Voir la fiche