Colorants mode

Teintures et textiles : gare aux colorants !

Sommaire de cet article :

  1. Teintures et textiles : gare aux colorants !
  2. Des risques allergiques et cancérigènes
  3. Des composés non biodégradables dans l'environnement
  4. Des labels qui restreignent les colorants

Les colorants de synthèse toxiques polluent de plus les eaux résiduaires avec, parfois, des flux importants. Or les procédés traditionnels les éliminent mal : ils sont peu biodégradables et la seule clarification de l'eau, par exemple par des sels de fer, donne des résultats insuffisants.

En raison du caractère peu volatil des substances contenues dans le bain de teinture, les émissions dans l'air sont, en général, peu importantes et peuvent être considérées plutôt comme des problèmes d'air ambiant sur le lieu de travail (émissions fugaces lors du dosage / distribution des produits chimiques et des procédés de teinture en machines "ouvertes"), d'après Aida-Inéris, site d'information réglementaire relatif au droit de l'environnement industriel développé à la demande du Ministère du développement durable.
Ces colorants très peu bio-éliminables (à moins qu'ils ne soient soumis à des techniques de traitement destructif) passent à travers l'unité de traitement biologique des eaux résiduaires et restent dans l'effluent évacué. On observe alors de fortes doses de couleur qui peuvent interrompre la photosynthèse et affecter ainsi la vie aquatique.

[media]

" La plupart des colorants sont conçus pour être récalcitrants aux conditions environnementales telles que la lumière, la température, l'attaque microbienne ainsi que les agents oxydants (Pagga et Taeger, 1994). En outre, leur présence dans les systèmes aquatiques, même à faibles concentrations, est très visible, réduit la pénétration de la lumière et possède un effet néfaste sur la photosynthèse (Robinson et al., 2001). Par conséquent, la dépollution des eaux contaminées par ces composés chimiques s'avère nécessaire aussi bien pour la protection de l'environnement que pour une éventuelle réutilisation de ces eaux non-conventionnelles " (selon une étude intitulée " Absorption d'un colorant textile réactif sur un biosorbant non-conventionnel: les fibres de Posidonia oceanica delile " et publiée dans le Canadian Journal of Chemical Engineering en février 2008 - Borhane Mahjoub, Mohamed Chaker Ncibi, Mongi Seffen).