Bioaddict



Santé : la menace des hormones médicamenteuses dans l'eau du robinet et l'alimentation


Sommaire
1 - Des sources de contamination multiples
2 - Les effets sur la santé
3 - Pas de réglementation concernant les rejets
4 - Eduquer, informer, réglementer
Publié Le 30 Septembre 2010 à 08h03
 

Pourtant, "tous les rejets de résidus d'hormones médicamenteuses et d'autres perturbateurs endocriniens ne font aujourd'hui l'objet d'aucune surveillance, déplore le Pr Haguenoer, car il n'y a aucune obligation réglementaire de les mesurer ". Ce qui fait qu'ils se retrouvent dans les eaux usées collectées par les stations d'épuration. Or celles-ci n'ont pas été conçues pour les éliminer .

" Elles n'éliminent, précise la Pr Haguenoer, que 60 à 70 % des substances avec des rendements variables de 8 à 97% par substance. Elles n'éliminent donc pas la totalité des résidus hormonaux. Elles peuvent même les transformer en une substance plus active ".

Les eaux de surface sont donc à leur tour polluées et les chaines alimentaires aquatiques contaminées.

" Et même les eaux souterraines sont polluées par ces composés ", précise la Pr Haguenoer.

D'autres chaînes alimentaires sont également concernées puisque les boues de ces stations d'épuration, qui contiennent une partie des ces hormones, sont utilisées pour faire des épandages dans les champs et ainsi transférées dans les cultures.