énergie

Biocarburants 1ère génération : le bilan carbone pas très vert de l'ADEME

Sommaire de cet article :

  1. Energies renouvelables : la France veut mettre le paquet
  2. Un bilan sur les agrocarburants plutôt mitigé
  3. La bataille des carburants "verts" continue
L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie, l'Ademe, a publié hier son rapport très attendu sur les agrocarburants intitulé " Analyse de cycle de vie appliquées aux biocarburants de première génération consommés en France ". Pour France Nature Environnement, qui a participé au comité technique de cette étude, celle-ci fait état d'un " bilan désastreux en terme de gaz à effet de serre ".

L'ADEME a enfin rendu son étude portant sur les agrocarburants après des mois d'hésitation, le premier bilan ayant été sous les feux des critiques en octobre dernier, notamment des ONG.

Lire "Biocarburants : on nous aurait menti ?"

Cette expertise répond aux recommandations du Grenelle de l'Environnement qui préconise une " expertise exhaustive et contradictoire du bilan écologique et énergétique des biocarburants de première génération " (engagement n° 58). Elle s'inscrit aussi dans un contexte européen.

Champ de colza

La Directive " Energies renouvelables " du 29 avril 2009 demande en effet aux Etats membres d'incorporer dans les transports 10 % d'énergies renouvelables produites de manière durable d'ici 2020, avec pour critère une réduction de 35% des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux équivalents fossiles d'ici 2010, puis 50 % en 2017.

La France, qui doit remettre dans quelques mois son Plan d'action national en matière d'énergies renouvelables à la Commission européenne, est résolue à atteindre les 7 % de biocarburants dans les carburants routiers avant la fin 2010, alors que l'objectif européen est de 5,75 %.

Lire "Projet Bio-T-Fuel : les agrocarburants seconde génération vers un futur scandale ? "

Info +

 

Cette étude a été lancée en 2009 par le ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable, et de la Mer, ainsi que le ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture, et de la Pêche, conjointement avec l'ADEME et FranceAgriMer.

Elle a été réalisée par BioIs sous l'égide d'un comité technique associant les professionnels des filières agricoles, des filières industrielles et des associations environnementales.